Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La réalisatrice et militante noire, Ava DuVernay élue au comité directeur des Oscars




​La réalisatrice et militante noire, Ava DuVernay élue au comité directeur des Oscars
La réalisatrice noire américaine Ava DuVernay, connue pour ses prises de position et oeuvres anti-racistes, a été élue mercredi au comité directeur de l’Académie des Oscars qui décerne les plus prestigieux prix cinématographiques d’Hollywood. Avec 26 femmes et 12 personnes de couleur sur 54 gouverneurs au total (contre 25 et 11 précédemment), la composition du comité qui dirige l’Académie n’a jamais été aussi diversifiée, relèvent les médias spécialisés. Quatre des nouveaux gouverneurs élus pour la première fois cette année sont des femmes, tandis que l’actrice noire Whoopi Goldberg a été réélue.
La réalisatrice Ava DuVernay doit sa notoriété à la série “Dans leur regard” retraçant l’histoire vraie de cinq adolescents noirs et latinos accusés à tort d’avoir violé une joggeuse à Central Park à la fin des années 80, et au documentaire “Le 13e” sur l’incarcération de masse des Noirs aux Etats-Unis.
Le comité des gouverneurs, renouvelé par tiers chaque année, représente les différentes branches professionnelles de l’industrie du cinéma et a pour mission de définir les objectifs stratégiques de l’Académie qui a été vivement critiquée ces dernières années pour son manque de diversité, non seulement parmi ses membres mais aussi dans le choix de ses nominés et vainqueurs. Une campagne #OscarsSoWhite avait ainsi été lancée sur les réseaux sociaux en janvier 2015 lorsque les Oscars avaient récompensé une écrasante majorité de candidats blancs. Le film “Selma”, réalisé par Ava DuVernay et retraçant le combat historique mené par Martin Luther King pour obtenir le droit de vote à tous les citoyens américains, faisait partie des oeuvres en lice cette année-là. Sélectionné dans la catégorie du “meilleur film”, il avait dû se contenter de l’Oscar de la “meilleure chanson” et beaucoup avaient jugé à l’époque que “Selma” était injustement ignoré. Son acteur star, David Oyelowo, a affirmé la semaine dernière que des membres de l’Académie avaient menacé de nuire à la promotion du film lorsque l’équipe avait arboré des t-shirts “I Can’t Breathe” lors de la première du film en 2014. Ils entendaient ainsi protester contre la mort d’Eric Garner, un Américain noir asphyxié alors qu’il avait été arrêté par la police, comme George Floyd récemment. L’Académie des Oscars a répondu sur Twitter à David Oyelowo: “Ava & David, nous vous entendons. Inacceptable. Nous nous engageons à nous améliorer.”

Vendredi 12 Juin 2020

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif