Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La politique migratoire de l’Espagne entre façade et réalité

Humaniste et solidaire ? Répressive plutôt




“L’Espagne mène une politique migratoire « ambiguë ». Elle est humaniste et solidaire au niveau du discours, mais demeure répressive dans les faits ». C’est ainsi qu’Amnesty international-Espagne a décrit la position du gouvernement espagnol sur cette question dans la lettre adressée récemment à l’Exécutif  à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du réfugié. 
Ainsi, si Madrid avait maintenu, au niveau européen, un discours de solidarité en matière d'accueil des réfugiés et avait mis en œuvre des mesures « positives » en matière de migration, telles que l’accueil en juin 2018 de plus de 600 migrants qui ont été laissés à la dérive suite au refus de l'Italie et Malte d'autoriser l’accostage du bateau qui les a sauvés ou l’annonce dans la même année de la volonté de démantèlement des clôtures de barbelés des présides occupés de Sebta et Mellilia  qui causent aux migrants des blessures pouvant être mortelles, dans les faits, la réalité est tout autre.
Amnesty international cite l’exemple  du retard pris par l’abrogation de la «loi du bâillon» de 2015 dont l’une des dispositions permet de procéder à des expulsions des migrants sans que les personnes concernées n’aient la possibilité de demander l'asile ou une évaluation des risques qu'elles encourent en cas de renvoi depuis Sebta et Mellilia vers le Maroc. Pis, le gouvernement de Pedro Sánchez poursuit la politique de ses prédécesseurs en renvoyant à chaud les personnes qui ont réussi à accéder aux deux présides occupés. 
Amnesty international a recensé 658 cas de retour à chaud en 2018, alors que l’Espagne a déjà été condamnée par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) en octobre 2017 pour avoir bafoué les droits de deux Subsahariens en les expulsant vers le Maroc, sans respecter les normes internationales. En fait, le droit international interdit aux Etats d'expulser des personnes sans prendre en compte leur situation et de les renvoyer vers des pays où elles risquent de subir des actes de torture ou de mauvais traitements.
A ce propos, Esteban Beltrán, directeur d’Amnesty international-Espagne, estime que l'accord de 1992 signé entre l'Espagne et le Maroc est un exemple de politique de sous-traitance visant à faire des pays tels que le Maroc ou la Libye des « gardiens » pour contenir la migration et maintenir la "forteresse européenne fermée". 
L’organisation œuvrant pour la défense des droits de l’Homme a évoqué également le non-respect de l’engagement du gouvernement concernant le retrait des barbelés de  puisque ces derniers ont clôtures été déplacés du côté du Maroc qui aurait, selon des médias espagnols, installé une clôture en fils barbelés et du coup, les migrants devraient, d’abord, franchir cette barrière puis un deuxième obstacle pour accéder à Sebta. 
En outre, Amnesty international a révélé que l’Espagne n’est plus une terre d’accueil, comme en atteste le nombre de demandes d'asile qui sont en stand-by. Des chiffres d'Eurostat datés de mars 2019 ont indiqué que plus de 100.000 demandes de protection internationale sont en instance. Migreurop, réseau européen et africain de militants et chercheurs, a précisé que l’Espagne n’a traité qu’un pour cent des demandes déposées dans l’ensemble de l’Union en 2016 et qu’elle  a octroyé le statut de réfugié à seulement 595 personnes en 2017 alors qu’elle a enregistré 4,4% du total des demandes de protection présentées dans les Etats-membres de l’UE. 
Le blocus de deux bateaux de sauvetage des migrants, à savoir « Open Arm » et « Aita Mari » dans les ports de Barcelone et de Pasaia, pendant plus de trois mois, est cité comme exemple supplémentaire du virage pris par le gouvernement socialiste. En effet, l'Etat espagnol avait empêché l’ONG de sauvetage de migrants Proactiva Open Arms de prendre la mer pour aller secourir des migrants en Méditerranée.  Le navire avait débarqué le 28 décembre au sud de l'Espagne avec, à son bord, 311 migrants, secourus une semaine auparavant au large de la Libye. Après avoir refait le plein de provisions à Barcelone, le navire devait repartir le 8 janvier, mais les autorités portuaires le lui ont interdit, affirmant que l'ONG violait les normes internationales en matière de sauvetage en mer.
 

Le nombre des tentatives de franchissement des frontières en baisse



Selon Frontex Risk Analysis for 2019, le nombre de détections des tentatives de franchissement des frontières de l’UE a atteint son plus bas niveau en cinq ans. Il a chuté de 27% par rapport à l’année précédente, pour s'établir à 150.114, soit 92% de moins qu’en 2015. Cette baisse est due en grande partie à la chute du nombre de migrants sur la route de la Méditerranée centrale.
La Méditerranée occidentale est devenue la voie la plus fréquentée. L’année 2018 a atteint 57.034 tentatives de franchissement, soit le double de ce qu'il était en 2017. Le nombre de départs du Maroc a été multiplié par cinq. L'année dernière, la plupart des migrants empruntant cette route provenaient de pays subsahariens, mais le nombre de ressortissants marocains a également augmenté de manière significative. Quant à la Méditerranée orientale, elle a enregistré 56.561 passages frontaliers irréguliers, soit une hausse de 34% par rapport à l'année précédente en raison de l'augmentation du nombre de passages terrestres entre la Turquie et la Grèce.
Les migrants irréguliers qui tentaient de rejoindre l'Europe occidentale depuis la Turquie continuaient de transiter par les Balkans occidentaux. Deux grandes routes traversant la région se sont démarquées en 2018 : la voie centrale passant par la Serbie et celle empruntant la région frontalière entre la Grèce et l'Albanie. Sur l’ensemble des migrants détectés, près d'un cinquième d’entre eux ont déclaré avoir moins de 18 ans. Les routes de la Méditerranée orientale, occidentale et centrale représentent les principaux points d'entrée pour ces enfants.
L'analyse des risques pour 2019 a indiqué que l’année 2018 a enregistré 190.930 refus d’entrée sur le territoire de l’UE, soit une hausse de 4%; 148.121 retours effectifs par les Etats membres, soit une baisse de 5% ; 13.728 retours coordonnés ou organisés par Frontex (en baisse de 3%) et 10.642 détections de passeurs (+ 4%).
Source : Frontex

Hassan Bentaleb
Lundi 24 Juin 2019

Lu 803 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com