Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La pauvreté est l'une des principales sources de violence conjugale au Maroc




La pauvreté, les conflits d'intérêt matériel et le manque de communication constituent les principales sources de violence dans le contexte conjugal, selon le Haut-Commissariat au plan (HCP).
"Dans le contexte conjugal, la pauvreté et les conflits d'intérêt matériel sont perçus comme principales causes de la violence par 55% des femmes et par 74% des hommes et le manque de communication au sein du couple par 13% des femmes et 6% des hommes", indique le HCP dans un communiqué, publié à l'occasion de la campagne nationale et internationale de mobilisation pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes.
S'agissant de la violence dans les lieux publics, elle est due à la pauvreté pour 15% des femmes et 40% des hommes, à la consommation des drogues et de l'alcool (16% des femmes et 21% des hommes) et au chômage des jeunes (15% des femmes et 2% des hommes), rapporte la même source, citant les résultats d'une enquête réalisée entre février et juillet 2019.
Par ailleurs, le HCP souligne que plus de la moitié des femmes (58%) et des hommes (57%) ne connaissent pas la loi 103-13 relative à la lutte contre la violence à l'encontre des femmes.
Ce pourcentage est plus élevé dans le monde rural (70% des femmes et 69% des hommes), parmi les femmes et les hommes sans niveau scolaire (respectivement 71% et 74%). La différence de perception entre les femmes violentées et non violentées n’est pas significative.
Parmi les personnes connaissant cette loi, 45% des femmes et 31% des hommes considèrent qu'elle est insuffisante pour garantir la protection des femmes contre la violence.
Cette enquête fait également ressortir que 62% des femmes sont au courant de l'existence des associations d'assistance et d'hébergement des femmes victimes de violence et de leurs enfants, et 41% d'elles le sont pour les cellules d'accueil relevant des institutions publiques.
Toutes caractéristiques confondues, les femmes sont mieux informées sur les associations non gouvernementales que sur les structures étatiques dédiées au soutien et à la protection des femmes victimes de violence.
Pour une compréhension plus globale du phénomène de la violence, l'enquête a approché l'un de ses déterminants à travers sa perception par la population marocaine dont les valeurs et les comportements sont des facteurs d'éclairage de sa latence et de la persistance de certaines de ses manifestations. Elle a couvert l'ensemble du territoire national, avec un échantillon de 12.000 filles et femmes et 3.000 garçons et hommes âgés de 15 à 74 ans.
 
 
 

Libé
Jeudi 12 Décembre 2019

Lu 1633 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif