Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La Grèce fait monter le suspense sur sa capacité à payer le FMI en juin

Il y aurait suffisamment d'argent pour payer les salaires, les retraites et l'échéance du 5 juin




​La Grèce fait monter le suspense sur sa capacité à payer le FMI en juin
Le ministre de l'Intérieur grec a assuré dimanche que son pays ne rembourserait pas le FMI en juin : des propos nuancés ensuite par le ministre des Finances Yanis Varoufakis, mais qui confirment qu'Athènes juge être allée au bout des concessions à ses créanciers.
"Les remboursements au FMI en juin sont de 1,6 milliard d'euros, ils ne seront pas faits et d'ailleurs il n'y a pas d'argent pour les faire", a déclaré Nikos Voutsis à la chaîne de télévision Mega Channel dimanche matin.
Déjà cette semaine, Nikos Filis, porte-parole du parti de gauche radicale au pouvoir Syriza, avait assuré : "Nous n'avons pas l'argent pour payer le FMI le 5 juin. Il n'y a de l'argent que pour les salaires et les retraites".
Ces propos sont graves, car un défaut de la Grèce à rembourser le FMI, la BCE ou l'UE, qui lui ont prêté ou promis de prêter 240 milliards d'euros depuis 2010, aurait des conséquences incalculables.
Pour leur part, le Premier ministre Alexis Tsipras et l'équipe des ministres en charge des négociations avec les créanciers n'ont jamais annoncé qu'un paiement ne se ferait pas.
Néanmoins, Tsipras a prévenu depuis mars que la Grèce ne pourrait pas indéfiniment honorer le remboursement de sa dette, sans un nouveau prêt. 
Selon Mega, dont l'information n'a été ni confirmée ni démentie, Tsipras aurait demandé au secrétaire américain au Trésor Jacob Lew, samedi au cours d'un appel téléphonique, d'appuyer auprès du FMI l'idée de ne rembourser à celui-ci que fin juin les quatre échéances du mois.
La Grèce, qui a déjà eu recours à un fonds d'urgence pour payer les 750 millions d'euros du FMI en mai, doit lui envoyer les 5, 12, 16 et 19 juin, un total de 1,574 milliard d'euros. 
Mais aussi payer les fonctionnaires, les retraites, les fonds de sécurité sociale pour environ 2,2 milliards d'euros.
Selon une source proche des questions de dette grecque, il y a suffisamment d'argent pour payer les salaires, les retraites et l'échéance du 5 juin du FMI. Cette source est beaucoup plus évasive pour la suite. Cela laisserait donc jusqu'au 12 pour trouver un accord.  Tsipras, dont le parti Syriza gouverne en coalition avec le parti souverainiste des Grecs indépendants, n'a que 11 sièges de majorité absolue au Parlement, une marge de manœuvre très faible face à l'aile gauche de son parti, incarnée notamment par Voutsis et Filis, partisane de la confrontation avec les créanciers, s'il le faut.
Dimanche, devant le comité central de Syriza, une motion du ministre de l'Energie Panayotis Lafazanis, appelant à ne pas payer la prochaine échéance du FMI si "les tactiques d'extorsion" se poursuivaient a été rejetée par 95 voix à 75.

Mardi 26 Mai 2015

Lu 222 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 19:28 Le Pays de Galles reconfiné