Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La Grèce et l'UE misent sur un accord d'ici le 18 juin

Athènes risque de se trouver en situation de défaut de paiement sans entente avec ses créanciers




​La Grèce et l'UE  misent sur un accord d'ici le 18 juin
La Grèce espère conclure un accord avec ses créanciers lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro le 18 juin, a déclaré vendredi un ministre grec tandis que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, affirmait que "la balle est dans le camp grec".
Le ton des discussions entre Athènes et ses créanciers s'est de nouveau durci jeudi avec le départ des négociateurs du Fonds monétaire international (FMI) de la table des pourparlers, justifié par des "divergences majeures". Une source grecque a parallèlement déclaré à Reuters que la totalité de la délégation grecque présente à Bruxelles avait regagné Athènes.
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a de son côté jugé que les deux parties n'avaient "plus le temps de marchander".
La Grèce doit trouver un terrain d'accord avec ses créanciers avant le 30 juin, date de l'expiration du plan d'aide international en cours et d'une échéance de 1,6 milliard d'euros de dettes au FMI.
Pour Jean-Claude Juncker, la conclusion d'un accord est nécessaire "dans les jours qui viennent".
La Grèce risque de se trouver en situation de défaut de paiement dans quelques semaines seulement si aucun accord ne se substitue au plan d'aide qui prend fin le 30 juin. Cet état de fait de la Grèce risquerait de provoquer sa sortie de la zone euro et d'entraîner cette dernière dans des turbulences imprévisibles.
Parmi les points sur lesquels achoppent les pourparlers figurent la baisse de certaines pensions de retraite réclamée par les créanciers, le relèvement de la TVA et l'excédent budgétaire primaire (hors service de la dette).
Le gouvernement d'Alexis Tsipras réclame en outre une nouvelle renégociation du fardeau de la dette publique, une question que les créanciers ne veulent aborder qu'une fois conclu un accord sur l'aide.
Le ministre délégué aux Finances, Dimitris Mardas, interrogé par la radio Skai sur les remboursements dus au FMI à la fin du mois, a répondu : "C'est notre travail de payer ce que nous devons au moment où nous le devons."

Samedi 13 Juin 2015

Lu 77 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés