Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'épidémie rebondit en Chine au moment où l'Europe rouvre ses frontières




​L'épidémie rebondit en Chine au moment où l'Europe rouvre ses frontières

Un nouveau foyer de contamination a été détecté dans le sud de Pékin au marché de gros de Xinfadi (Fenêtre)
La Chine a enregistré dimanche un rebond des nouveaux cas de Covid-19, renforçant les craintes de résurgence de la pandémie dans le pays où elle a démarré l'an dernier, au moment même où plusieurs pays d'Europe s'apprêtent à rouvrir leurs frontières après avoir constaté un recul de la maladie.
Selon les autorités chinoises, 57 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus ont été recensés en 24 heures, dont 36 à Pékin, le plus haut chiffre quotidien depuis avril. Une nouvelle inquiétante pour le reste du monde qui redoute une seconde vague de l'épidémie, qui continue à faire rage en Amérique latine.
Grâce à de stricts contrôles, au port du masque et aux opérations de confinement, l'épidémie était sous contrôle en Chine, où est apparu le nouveau coronavirus l'an dernier à Wuhan (centre).
Mais un nouveau foyer de contamination a été détecté dans le sud de Pékin au marché de gros de Xinfadi, qui vend notamment de la viande, du poisson et des légumes. Une découverte qui a entraîné le confinement de 11 zones résidentielles des environs.
Un homme de 56 ans, qui travaille comme chauffeur de bus à l'aéroport et qui s'était rendu au marché de Xinfadi avant de tomber malade, fait partie des cas rapportés dimanche.
Des centaines de policiers et de membres de la police paramilitaire, dont beaucoup portant des masques de protection et des gants, ont été vus samedi par des journalistes de l'AFP près du marché de Xinfadi.
Toutes les personnes travaillant dans ce marché ou qui s'y sont rendues depuis le 30 mai, doivent subir un test de dépistage, de même que les habitants des quartiers avoisinants.
"Les gens ont peur", a raconté un vendeur de fruits et légumes à l'AFP sur un autre marché de la ville. Dans certains quartiers de Pékin, les habitants étaient cloîtrés chez eux et les commerces et restaurants étaient fermés dimanche.
Ce regain d'inquiétude en Chine intervient alors qu'en Europe, où la maladie est en net recul, l'Allemagne, la Belgique, la France et la Grèce rétablissent lundi matin la libre circulation avec tous les pays de l'Union européenne. L'Autriche fera de même lundi à minuit.
En France, le président Emmanuel Macron devait prononcer dimanche soir une allocution solennelle, alors que les appels à accélérer le processus de déconfinement se sont multipliés ces derniers jours dans le pays. Le coronavirus y a fait 29.398 morts, mais le nombre de malades ne cesse de baisser.
Mais en Italie, qui a rouvert ses frontières depuis le 3 juin, deux nouveaux foyers de coronavirus ont été détectés ces derniers jours à Rome, l'un dans un hôpital, l'autre dans un immeuble squatté.
Et l'Iran a annoncé dimanche plus de 100 morts du Covid-19 en 24 heures, ce qui n'était plus arrivé depuis deux mois et porte le bilan de l'épidémie à 8.837 morts dans le pays.
Avec un total de 42.720 morts recensés samedi soir, le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé par le Covid-19, derrière les Etats-Unis (115.347 morts pour plus de deux millions de cas).
Au total, le Covid-19 a fait plus de 427.000 morts et contaminé plus de 7,7 millions de personnes sur la planète, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.
Son épicentre se trouve désormais en Amérique latine, où en dehors du Brésil, la situation empire dans des pays comme le Mexique et le Chili, cependant qu'au Honduras, le système hospitalier est "au bord de l'effondrement", a averti le professeur Marco Tulio Medina, de l'Université Nationale.
En Inde, qui a enregistré près de 9.000 morts et plus de 300.000 cas confirmés du nouveau coronavirus, les corps s'entassent dans les morgues car le personnel des cimetières et des crématoriums n'arrive pas à suivre le rythme des décès. Selon les médias indiens, de nombreuses personnes décèdent après avoir été refusées par les hôpitaux.
Accusés d'avoir mal géré la crise sanitaire ou d'agir à contretemps, des gouvernements se retrouvent sur le banc des accusés un peu partout dans le monde.
Au Chili, le ministre de la Santé a ainsi démissionné samedi après une semaine de polémique sur la hausse du nombre des cas de nouveau coronavirus et la méthodologie de comptage.
En Italie, où l'épidémie a fait plus de 34.000 morts, le Premier ministre Giuseppe Conte a appelé samedi à la préparation d'un plan de relance économique "courageux".
En attendant, les touristes retournent en grand nombre à Venise, à l'occasion de la réouverture du Palais des Doges. "C'est une émotion très forte, comme un premier jour d'école", a témoigné Maria Cristina Gribaudi, présidente de la Fondation des musées civiques de Venise.
La Grèce, elle aussi, est "prête à accueillir les touristes cet été" en toute sécurité, a affirmé le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis.
Quant à l'Union européenne, elle a sécurisé samedi son approvisionnement en vaccins contre le nouveau coronavirus en concluant un accord avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca qui garantit la fourniture de 300 millions de doses lorsqu'un vaccin aura été découvert.

​Une facture d'un million de dollars pour un survivant du Covid-19


Un Américain de 70 ans atteint du Covid-19 et hospitalisé pendant deux mois à Seattle (nord-ouest) a eu la mauvaise surprise de recevoir une facture de 181 pages totalisant plus d'un million de dollars, a révélé samedi le quotidien Seattle Times.
Michael Flor a été admis le 4 mars au centre médical Swedish Issaquah de Seattle. Il y est resté 62 jours, passant si près de la mort que les infirmières avaient tenu un soir le téléphone avec lequel sa femme et ses deux enfants lui faisaient leurs adieux.
Mais il a récupéré et il est sorti de l'établissement le 5 mai, sous les vivats du personnel soignant.
Son cœur a toutefois "failli s'arrêter une seconde fois" en recevant une facture longue de 181 pages et d'un montant total de 1.122.501,04 dollars, a-t-il dit au quotidien.
La facture détaille les soins qui lui ont été administrés et leur prix: 9.736 dollars par jour pour la chambre en soins intensifs, près de 409.000 dollars pour sa transformation en chambre stérile en raison de la contagiosité du coronavirus pendant 42 jours, 82.000 dollars pour l'utilisation d'un respirateur artificiel pendant 29 jours, ou 100.000 dollars pour les soins de la "dernière chance", quand son pronostic vital avait été engagé pendant deux jours.
M. Flor, qui bénéficie du Medicare, la couverture santé des seniors, ne devrait toutefois pas avoir à sortir son portefeuille, selon le Seattle Times.
Le gigantesque plan d'aide à l'économie américaine adopté par le Congrès comprend 100 millions de dollars de budget pour indemniser les hôpitaux et les assurances privées ayant traité les patients victimes du Covid-19.

Lundi 15 Juin 2020

Lu 1059 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif