Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Diffamation et préméditation




Aura-t-on touché le fond ? Hélas ! On est forcé de répondre par l’affirmative. C’est comme si on n’attendait que l’avènement des réseaux sociaux pour dévoiler toute cette méchanceté, cette bêtise et cette stupidité qui couvaient en nous.
Que c’est triste de devoir user de ce « nous » qui vous mêle malgré vous à une meute inénarrable et avec laquelle vous vous trouvez obligé de partager un espace qu’elle se tue à avilir et le même oxygène qu’elle s’applique à rendre irrespirable.
Il a suffi qu’une vidéo immortalisant des moments d’une euphorie  légitime ait fuité pour que l’on se mette à dégueuler tout ce que l’on retient comme venin.
Un groupe de citoyens à bord d’un yacht, qui dansent et chantent au rythme d’une musique populaire marocaine…. Et vas-y que je t’injurie, que je te diffame et que je te désigne  gibier de  la potence.
Le comble, c’est que ce n’était pas que l’œuvre de quelques incultes trop heureux de se saisir de l’aubaine pour tirer à boulets rouges sur tout ce qui bougeait sur ladite embarcation, mais aussi de quelques illuminés  nihilistes de naissance dont certains se réclament même journalistes ou se veulent progressistes (sic !) et qui ont vite fait de se mêler à la danse. Non pas celle admirablement exécutée sur le yacht, mais celle perpétrée par ceux qui font de l’injure et de la diffamation une religion.
Tout y passait. A commencer par cette artiste, danseuse professionnelle et professeur de danse qui s’assume et qui, pour n’avoir rien à se reprocher, n’a pas la langue dans sa poche. Ce qui dérange encore plus les redresseurs de torts improvisés.
Et pour que cela fasse plus vrai, et surtout plus sensationnel, on a poussé le vice jusqu’à mêler l’une des personnalités publiques les plus en vue à cet ignominieux micmac.
Quand bien même celle-ci aurait été de la fête, cela aurait été son droit le plus absolu, puisqu’il aurait été question de sa sphère privée.
Le raccourci  est vite trouvé. Ainsi donc, c’est l’argent des phosphates qui profite aux danseuses.
Il va sans dire que si certains se sont vite laissé emballer, ceux qui en sont à l’origine, ce sont bien ces mouches électroniques qui ont pour rôle d’ameuter la foule en jouant sur les sentiments, usant de leur lugubre idéologie.

Par Mohamed Benarbia
Mercredi 19 Août 2020

Lu 2814 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.