Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat




Des milliers de fans surnommés les "chinois", ont commémoré mercredi à Abidjan le premier anniversaire de la mort de leur idole, le chanteur ivoirien DJ Arafat, star du "coupé-décalé", décédé accidentellement à 33 ans le 12 août 2019. "Nous sommes tous rassemblés à cause d'Arafat, c'est un monsieur à respecter. Bob Marley (mort le 11 mai 1981) a eu son 11 mai, nous, en Côte d'Ivoire, on a notre 12 août", a déclaré Amandine, 28 ans, sanglée dans un t-shirt noir à l'effigie de l'artiste, sur lequel on pouvait lire: "Arafat l'An 1".
Venus des différents quartiers d'Abidjan, les "Chinois" ont convergé vers le lieu de l'accident de moto où une stèle à sa mémoire a été construite. "C'était l'artiste du peuple, d'où son nom le président de la Chine populaire", rappelle Kévin Kra, arrivé depuis l'aube sur place.
Pour Aicha Traoré, étudiante de 22 ans "Arafat DJ n'est pas mort, il est vivant", comme en témoigne selon elle ces milliers de personnes qui ont envahi la rue longue d'un kilomètre qui porte désormais son nom.
Né en 2003 dans les boîtes de nuit parisiennes, création de la diaspora ivoirienne, le coupé-décalé a fait fureur en Côte d'Ivoire, puis en Afrique de l'Ouest, avec ses sons électroniques et son rythme endiablé.
DJ Arafat, de son vrai nom Ange Didier Houon, est mort le 12 août 2019 des suites d'un accident de moto à Abidjan. L'annonce de sa mort avait donné lieu à des scènes d'hystérie parmi ses fans.
DJ Arafat avait été désigné "meilleur artiste de l'année" aux Awards du coupé-décalé en 2016 et 2017. Il avait aussi été distingué en 2012 "meilleur artiste africain" au Kora Music Awards, récompenses musicales panafricaines.

Vendredi 14 Août 2020

Lu 917 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.