Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Appel à la création d’une commission onusienne d’enquête sur le détournement de l’aide humanitaire aux camps de Tindouf




​Appel à la création d’une commission onusienne d’enquête sur le détournement de l’aide humanitaire aux camps de Tindouf
Après les révélations faites, ces derniers jours, par l’Office européen pour la lutte contre la fraude (OLAF), relatives au détournement des aides humanitaires destinées aux habitants des camps de Tindouf et après les nombreuses voix qui ont déconcé ces détournements, la société civile de Dakhla s’insurge, à son tour, contre ces agissements mettant en péril la vie de dizaines de Sahraouis parqués aux environs de Tindouf. C’est ainsi que nous avons reçu des communiqués émanant de différentes associations. 
Ces associations sont unanimes à demander la création d’une commission d’enquête pour désigner les responsables de ces détournements et les déférer devant un tribunal international.
Ces associations lancent un appel pressant  au Programme alimentaire mondial (PAM) au  Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) et au secrétaire général des Nations unies les priant d’user de leur influence,  et ce conformément au droit  afin qu’un recensement crédible  de la population des campements de Tindouf soit effectué et partant déterminer avec exactitude le nombre d’habitants de ces camps. Les signataires des communiqués demandent, également, aux responsables de ces instances d’œuvrer à ce que des mesures prenant en considération le contenu du dernier rapport de l’OLAF, soient prises  pour mettre fin  au détournement des aides humanitaires qui constituent l’unique source de vie pour les dizaines de milliers de Sahraouis. Tout en lançant un appel à la communauté internationale à intervenir pour sauver les Sahraouis des camps de Tindouf exploités par une bande d’opportunistes soutenus par les autorités algériennes, les signataires demandent aux autorités marocaines de porter, de manière officielle, cette affaire devant les instances internationales et de la considérer comme une violation des droits de l’Homme. Pendant que les associatifs se réunissent à Dakhla pour dénoncer les détournements des aides humanitaires dans les camps, des nouvelles en provenance de Tindouf font état d’une grande détérioration de la santé de Mohamed Abdelaziz. Selon ces nouvelles, le chef du Polisario atteint d’une grave crise d’asthme, aurait été évacué, en urgence, dans le courant de la semaine vers l’Italie où il aurait été admis dans un hôpital à Rome. Atteint depuis plusieurs années de cette maladie respiratoire, l’état  d’Abdelaziz se serait dégradé lorsqu’il a piqué une grande colère suite aux révélations de l’OLAF relatives au détournement des aides humanitaires. Mais surtout, après les rumeurs circulant dans les camps et qui font état de la décision de certains membres de l’assemblée populaire de retirer leur confiance au pseudo-gouvernement sahraoui.
Cette annonce justifierait l’absence du chef du Polisario aux dernières assises de l’organisation africaine qui s’étaient tenues à Addis-Abeba, les 30 et 31 janvier dernier et où il avait été remplacé par son pseudo-premier ministre. 

Ahmadou El Katab
Mardi 10 Février 2015

Lu 574 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés