Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​“Pourvu qu’il soit de bonne humeur”, première expérience romanesque de Loubna Serraj




​“Pourvu qu’il soit de bonne humeur”, première expérience romanesque de Loubna Serraj
“Pourvu qu’il soit de bonne humeur”, récit saisissant du combat de deux femmes séparées par tant d’années, et pourtant liées par l’ardeur du rêve et les douleurs des déboires, est l’intitulé du premier roman de l’écrivaine Loubna Serraj, paru dernièrement aux éditions La croisée des chemins. C’est un ouvrage qui résonne comme plaidoyer contre les violences faites aux femmes et en faveur de la liberté.  Au fil des confidences interposées, les deux protagonistes, Maya et sa petite fille Lylia, racontent tout à tour et dans deux époques éloignées l’une de l’autre, leurs histoires de couple à la fois intimes et tumultueuses marquées par les violences conjugales et par leur quête de la liberté.  Entre le Maroc d’avant l’indépendance, au coeur des années 1950 où a vécu Maya, et celui de 2020 de Lylia, ce roman polyphonique intemporel illustre le rapport qu’entretiennent ces deux femmes, certes unies par des liens de sang mais qui ne se sont jamais rencontrées. A travers la quête de la liberté et la volonté d’émancipation, trait d’union des deux femmes, Pourvu qu’il soit de bonne humeur aborde des questions percutantes: “Comment être libre quand l’idée même de la liberté n’est pas envisageable ?” s’interroge l’écrivaine. “Comment résister à une guerre de l’intime où les bruits des canons deviennent ceux des clés tournant dans la serrure d’une porte ou de pas se rapprochant doucement mais surement ?” et “Comment la peur peut s’insinuer dans les couloirs du temps pour faire passer un messages ? Quel message ?” Ce sont là autant d’interrogations qui s’entremêlent dans cette histoire intense, inscrite, tour à tour, dans le passé et le présent, parsemée de violence ordinaire et de passion rebelle jusqu’à provoquer cette liberté.  Après des années d’expérience, entre le Maroc et la France, au sein d’une d’entreprise puis comme consultante, dans un cabinet qu’elle a créé, en stratégie éditoriale et marketing de contenu, Loubna Serraj a fait de ses passions, l’écriture et la lecture, son métier. Aujourd’hui éditrice et chroniqueuses radio, elle tient également un blog dans lequel elle livre ses “élucubrations” littéraires, sociales ou politiques sur des sujets d’actualité avec un regard volontairement décalé. 

Lundi 20 Juillet 2020

Lu 786 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif