Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Moutawakil, tête de liste de l’USFP à Mohammedia

«Notre devise : la bonne gouvernance et la transparence»




Mohamed Moutawakil, tête de liste de l’USFP à Mohammedia
Question: Quel regard portez-vous sur la gestion de l’ancien conseil municipal ?

Mohamed Moutawakil : La gestion du conseil municipal était des plus chaotiques. Il n’y avait  aucune organisation au niveau structurel concernant les services et les personnes qui en sont responsables. Dans sa gestion, l’actuel président du conseil a volontairement marginalisé les cadres et les employés compétents en optant pour le principe de la soumission et de la complicité pour  s’emparer des richesses de la commune. Cette situation a impacté la qualité des services et des prestations des citoyens.
La qualité de la gestion des déchets solides et liquides a énormément régressé, en dépit de l’enveloppe annuelle, 2 milliards ce centimes environ,  allouée à Tecmed sans aucun contrôle. Un autre exemple de la mauvaise gestion qui a marqué le mandat de l’actuel conseil : celui de la décharge de la ville qui constitue un danger permanent pour la santé des citoyens et de leurs enfants.  Pour ce dépotoir anarchique des déchets, la commune verse environ cent millions de centimes dans les caisses de sociétés qui ne respectent aucunement les conditions du  cahier des charges. Nous qualifions ces comportements de dilapidation de deniers publics et rien d’autre.
S’agissant des routes et des artères de Mohammedia, elles sont dans un état lamentable, à cause du manque de maintenance. Excepté le goudronnage des grands axes qui rapportent gros au président et ses proches, les rues et ruelles des quartiers populaires sont marginalisées.
Quant aux espaces verts et jardins publics, ils ne figurent pas dans l’agenda du conseil actuel.
Une ville connue pour son industrie chimique doit impérativement se pencher sur l’environnement, aménager un plus grand nombre de jardins publics et d’espaces verts pour que la population locale puisse y vivre paisiblement. Les seuls espaces verts dignes de ce nom, sont les jardins des villes jumelées et de l’Union dont la  maintenance est assurée par la Samir et Tecmed.
Au niveau de l’éclairage public, la ville souffre d’un grand déficit. La majorité des quartiers de Mohammedia sont plongés  dans  l’obscurité, ce qui provoque une atmosphère d’insécurité des citoyens qui craignent également pour les enfants.
La situation du sport en général dans la ville des roses est dans un état de détérioration continue. L’infrastructure sportive dont dispose la ville le prouve : elle  ne dispose d’aucune salle couverte où les équipes locales et les jeunes peuvent y pratiquer, au moment où des communes rurales en disposent. La relégation de l’équipe première de foot (SCCM) en deuxième division traduit la situation du sport et la vision que font les responsables actuels de ce secteur nécessaire à tout développement.
Concernant l’animation culturelle, même si la ville, de par sa nature universitaire, regorge de potentialités, elle ne figure malheureusement pas parmi les priorités des responsables communaux. Ceci n’est pas étrange de la part des gens qui n’avaient pour souci que de cumuler des richesses. Il est impensable que  l’unique centreculturel à Mohammedia, Théâtre Abderrahim Bouabid, demeure fermé devant les citoyens en général et les férus de la chose artistique et culturelle, en particulier.
Le transport en commun n’est pas mieux loti. A l’image des autres secteurs, le transport, bus et taxis, évolue dans l’anarchie et connaît un déficit patent en termes de bus dont l’état laisse à désirer. Plusieurs de ces engins à risques devaient à être retirés de la circulation, et ce depuis longtemps. La société délégataire Mdina Bus chargée d’assurer ce service vital pour les citoyens, les ouvriers et les étudiants, ne respecte aucunement le cahier des charges.

Qu’en est-il de la situation actuelle ?

Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui, c’est que Mohammedia est une ville sinistrée et nécessite une intervention d’urgence pour sauver ce qui peut l’être encore. Remédier à cette situation ne peut se faire sans la conjugaison des efforts de tous les acteurs et la solidarité de toutes les  bonnes volontés contre les mauvais gestionnaires.

Que suggérez-vous pour sortir de cette situation ?

Il y a un complot qui   se trame contre la volonté des citoyens lors des élections communales, à travers le recours à l’argent sale et à l’achat des voix.
C’est le moment où jamais pour tous ceux qui sont  sensibles à l’avenir de leur ville  de lutter contre  ces pratiques, en votant pour la liste de l’USFP, la liste de la Rose, symbole de l’espoir, du défi et du vrai patriotisme.
 Nous sommes aujourd’hui à la recherche d’une alternative pour stopper net cette anarchie et insuffler du sang neuf en vue de rendre à l’action communale sa crédibilité.

Quelle alternative proposez- vous et qu’en est-il de vos priorités ?

En priorité, nous nous engageons pour d’autres actions  qui seront réalisées à moyen et à long terme.
 En tant que candidats USFP, nous comptons opter pour la bonne gouvernance et prendre des mesures pour pallier les dysfonctionnements.
Nous comptons également préserver les deniers publics, assurer la rationalisation des dépenses et la transparence dans la gestion financière de la commune. Nous ferons de la concertation, de l’approche participative de tous les acteurs et partenaires dans le développement de la ville. Ce programme constitue  la devise de notre travail dans la commune de Mohammedia.
Nous promettons aussi aux citoyens d’encourager l’investissement public et privé, d’accorder un intérêt particulier à l’environnement, la mise à niveau des potentialités touristiques, l’ouverture du Théâtre Abderrahim Bouabid, le parachèvement d’autres lieux de culture, l’amélioration des conditions matérielles des employés et agents de la commune.   

TRADUIT PAR L.B
Samedi 6 Juin 2009

Lu 1211 fois

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs