Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les descentes ne suffisent pas




Une descente digne d'un film d'action. La brigade touristique relevant de la préfecture de police de Casablanca a fait irruption, vendredi 30 janvier 2009 vers 22h dans un café du centre-ville casablancais. Dénommé « Milano » et situé non loin du Boulevard 11 Janvier, ce café est l'un des endroits les plus chauds de Casablanca. Le «butin» est on ne peut plus  lourd : 39 personnes arrêtées dont 9 filles et 4 mineurs. Cette descente a permis la confiscation de couteaux, tourne-vis, préservatifs, psychotropes, maâssal et bouteilles de vin. Les personnes appréhendées  ont été placées en garde à vue avant leur présentation à la justice, indique-t-on auprès des services de la police. Le café serait, selon ces mêmes sources, un lieu de débauche et où les criminels se donnent  rendez-vous pour planifier leurs méfaits.
S'il faut louer ce genre d'opérations, force est de reconnaître qu'elles devraient être généralisées et sans exception aucune, pour quelque motif que ce soit.
De surcroît, la gestion sécuritaire est nécessaire mais demeure largement insuffisante. Elle nécessite des mesures d'accompagnement socio-économiques, culturelles et politiques. Ainsi, la réduction du taux de chômage et l'animation du marché de travail ouvriront des perspectives prometteuses à l'épanouissement personnel et réduiront, par conséquent, la délinquance.
Au niveau social et culturel, le rôle des maisons des jeunes et autres lieux de socialisation et  de culture est fondamental. Ils sont censés favoriser la sensibilisation et l'implication des gens en leur offrant un espace de dialogue, d'expression et de communication dont ils ont terriblement besoin. Ce sont aussi des espaces qui favorisent les valeurs de travail, du savoir, du civisme et, par conséquent, cimentent la cohésion sociale et permettent de lutter contre les comportements déviants à la source.
Le rôle du politique est aussi vital que celui des autres institutions. Grâce à l'encadrement qui incombe, par essence, aux partis politiques, ces derniers ont beaucoup à faire pour redonner confiance aux citoyens en situation de perte de repères.

Mohamed Kadimi
Lundi 2 Février 2009

Lu 205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs