Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bon vent …




Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein ? Les personnes de nature optimiste et celles qui le sont moins n'en voient, en fait, que ce qu'ils ont envie de voir, oubliant que le récipient en question est soit plus grand ou plus petit que nécessaire. Les statistiques ont l'heur d'être suffisamment malléables pour ne jamais trancher cette question. Particulièrement au Maroc ou leur utilisation n'a d'autres fins que de nous faire accroire que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles ou dans le pire. Même si la situation n'est pas du plus beau rose, faut-il continuer à faire montre d'optimisme ?  La question ne mérite même pas de réponse tranchée, tellement la vie serait intenable sans optimisme et sans croyance aux lendemains qui chantent. Même s'il faut, par la suite, déchanter.
Le bilan social 2010 rendu public le 16 novembre par une centrale syndicale qui a pignon sur rue à Rabat fait froid dans le dos : seuls 20 % des salariés du secteur privé bénéficient de la retraite, quelque deux millions et demi d'emplois informels sont en train de sombrer dans la très grande précarité, plus de 60 % des jeunes de moins de 25 ans  sont aujourd'hui au chômage, neuf millions de personnes vivent au dessus de seuil de pauvreté, 30 % de la population seulement bénéficie d'une couverture médicale universelle, 11% des enfants de 7 à 14 ans travaillent, plus de 50 entreprises ont fermé définitivement leurs portes au cours de cette année entrainant la perte de milliers de postes de travail et le reste à l'encan... Autant de données qui ne manqueront pas de traduire peu ou prou par une augmentation du taux de pauvreté et par l'aggravation du problème de chômage.
Dans les secteurs du textile, du tourisme et de l'agriculture, des réductions du temps du travail, le blocage des salaires, le  chômage partiel, l'augmentation du nombre de départs volontaires et de licenciements font désormais partie du quotidien de milliers de salariés et de leurs familles. Tout est-il noir, pour autant ? La réalité est plus subtile. Elle use de couleurs autres que le noir et blanc. Si crise il y a, il y a aussi réformes structurelles, évolution du pays et mutation du marché de l'emploi. Une mutation qui fait certes la part belle aux services et à la précarité au détriment de l'industrie et des emplois stables, mais qui, la crise internationale aidant, induit une détérioration de l'environnement économique qui se lit aussi sur le marché du travail. La situation risque de s'exacerber en 2011 vu qu'il n'y aura que fort peu de création de postes d'emplois au sein de l'administration publique et des différents démembrements de l'Etat. Il faudra donc attendre plus tard et, surtout, espérer voir s'élever de bons vents à même de mieux faire tourner la machine économique nationale. Tout n'est donc finalement que question de temps.  

Ahmed SAAIDI
Mardi 23 Novembre 2010

Lu 797 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs