Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La presse et la crise




La presse écrite a-t-elle de l’avenir ? La question intéresse non seulement les journalistes et autres  éditeurs et diffuseurs marocains, mais aussi tous ceux qui, à travers le monde, ont fait vœu d’être « les chiens de garde » de la démocratie et de se vouer à ce métier qui est à la fois stressant, peu rémunérateur et fortement réprimé dans de nombreuses contrées de la planète. Un métier qui a marié à jamais l’encre d’imprimerie à la liberté et qui, pour ce faire, a établi un modèle économique que l’évolution technologique est en train de rendre de moins en moins performant et, partant, aussi pérenne qu’on aurait voulu qu’il demeure.
L’Association mondiale des journaux (AMJ) est certes convaincue que le papier demeurera le support incontournable  de la presse. Du moins, la vraie. A savoir celle qui ne confond pas entre l’information et la communication, entre l’écrit et la propagande et entre la liberté d’être et celle de consommer.
Créée en 1948, l’AMJ regroupe 71 associations nationales d’éditeurs de journaux,13 agences de presse nationales et internationales et 9 associations régionales de presse. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale, à but non lucratif qui représente, au total plus de 18 000 publications sur les cinq continents.
Le fait qu’elle ait consacré sa conférence de Barcelone au thème « Pouvoir de la presse papier » prouve qu’il y a péril en la demeure.
Son porte-parole a certes essayé de minimiser les effets de la crise actuelle.  Mais il s’est vite repris en précisant que  ces derniers ont été lourdement frappés par celle-ci ainsi que par la menace d’internet. D’où le fait que les patrons de presse aient donc eu « un grand besoin d’échanger des idées sur les stratégies susceptibles d’augmenter leurs recettes ». Lesquelles ont fondu comme neige au soleil, entraînant la disparition de titres emblématiques, notamment aux Etats-Unis et le licenciement de milliers de journalistes.
Qu’en est-il au Maroc, pays où la pléthore des titres n’a jamais été accompagnée par une évolution similaire de leur lectorat et où la répartition de la manne publicitaire n’a, elle non plus, jamais répondu à une quelconque logique économique ?
La crise est donc là. Depuis toujours. Elle fait partie des fondamentaux sans lesquels l’illusion de pluralité voulue par les pouvoirs publics, n’aurait aucun sens. Elle ne l’a certes pas quand on en évalue le coût en mettant en lumière, tant  sa partie visible, à savoir les subsides publics officiels, que celle qui ne l’est pas. Elle n’en aura jamais au regard de sa qualité médiocre induite par une absence patente de ressources humaines de qualité et rémunérées à leur juste valeur.
De fait, si sous d’autres cieux, c’est le modèle économique de la presse écrite qui pose problème, au Maroc, c’est plutôt son modèle de financement qui mérite absolument d’être revu.

AHMED Saaidi
Vendredi 10 Juillet 2009

Lu 296 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs