Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La fête du cinéma




Le mois de juin est le rendez-vous des cinéphiles pour célébrer la fête du cinéma. Juste après les examens scolaires qui scandent le rythme du calendrier d’une frange importante du public du cinéma et juste avant les grandes vacances estivales, le cinéma en tant que mode d’exploitation commerciale  s’expose dans des formules diversifiées pour attirer un plus large public, récompenser les fidèles et s’ouvrir sur de nouvelles couches sociales. Programme ambitieux qui connaît  des fortunes diverses…Mais c’est en France que la fête prend son sens le plus profond…c’est le pays qui l’a vu naître et c’est le pays qui abrite la capitale de la cinéphilie, Paris.
La fête du cinéma est née il y a 25 ans ; dès sa première année, elle a connu un immense engouement public. Cette année, elle se déroule en France sur toute une semaine (avant c’était pour un week-end ou pour trois jours) du 27 juin au 3 juillet. Pour un billet acheté, au tarif habituel,  toutes les autres séances sont proposées à un prix réduit. Au Maroc, c’est le multiplexe Megarama qui propose du 28 juin au 2 juillet un billet à 15 dhs avec une programmation spéciale ouverte également sur des films marocains. L’initiative, chez nous aussi,  a connu un vif succès. Elle répond en effet à un désir réel chez le grand public de retrouver le spectacle cinématographique dans  son lieu d’origine, la salle de cinéma. C’est l’esprit qui préside d’ailleurs au lancement de l’idée de la fête du cinéma: réhabiliter l’idée de la sortie au cinéma. Un rite social qui commence à s’éroder sous l’effet des multiples  mutations intervenues dans le comportement du public.  La salle de cinéma patrie d’origine du film a vu son statut changer; un déplacement stratégique s’est opéré dans le mode de circulation des images; la réception des films passe de la sphère publique à la sphère privée. Les supports de ce transfert sont désormais à la portée du sujet individuel en lieu et place de la foule qui recevait le film dans un exercice collectif. La télévision, la vidéo, le Dvd, la téléphonie mobile…ont été et sont les instruments de cette mutation. Mais la nostalgie de la salle est toujours là: le succès de la fête du cinéma en est une preuve permanente.
Nous avons au Maroc une autre preuve de ce désir permanent du spectacle cinématographique. Outre la réussite publique de l’offre proposée à l’occasion de cette fête annuelle qui reste hélas limitée à des sites déterminés dans le temps et l’espace, il y a le succès rencontré à travers la multiplication  des festivals à travers le Royaume. Juin et juillet connaissent par exemple de nouveaux rendez-vous variés en termes de contenus et de programmation cinématographique. C’est un signe qui émane de la société pour signifier son attachement à la fête, à la convivialité, à la vie tout simplement. Encore une fois, le cinéma reste la démonstration éloquente de la dynamique d’une société. Nous sommes heureux de constater que la société marocaine est inscrite dans cette logique universelle.

Mohammed Bakrim
Mardi 30 Juin 2009

Lu 342 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs