Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La désorientation scolaire




Que faire après le Bac ? A cette question qui taraude les élèves de deuxième année du Baccalauréat, l’Association marocaine des cadres de l’orientation et de la planification de l’éducation et les différentes Académies et services idoines  du ministère de l’Education nationale ont essayé d’apporter une réponse. Chacun à sa manière certes, mais dans un objectif qui semble unique : permettre aux lycéens de se faire une idée précise du genre de filières et de diplômes qui existent tant au Maroc que dans les pays auxquels nous sommes traditionnellement liés en matière d’enseignement.
Si l’AMCOPE a choisi la voie des forums pour porter sa bonne parole, les AREF ont opté, quant à elles, pour l’information directe des lycéens dans le cadre de journées portes ouvertes destinées à les informer des perspectives scolaires et professionnelles qui s’offrent à eux et de les accompagner dans leur choix.
Le hic, c’est que ni l’une, ni les autres ne se sont acquittées que d’une partie de leur tâche. La plus facile pour elles, mais la moins gratifiante pour l’enseignement public.
A part la distribution des prospectus des écoles supérieures privées, nul renseignement n’a été fourni aux élèves concernant cette jungle de spécialisations et de diplômes que la réforme de l’enseignement a générés depuis une dizaine d’années. A telle enseigne que nos ouailles ne savent toujours pas, ou du moins très peu de choses, concernant  les différentes facultés, instituts et écoles supérieures, leurs filières et les diplômes qui y sont dispensés.
Pis, aucun document faisant l’inventaire des différents Masters, Masters spécialisés, Masters sciences et techniques, diplômes des ENCG,  diplômes d’ingénieurs, licences professionnelles, licences fondamentales, licences sciences et techniques et diplômes universitaires de technologie ne leur a été distribué. Ce qui n’a fait que compliquer davantage la tâche de leurs parents tout en écornant dangereusement la réputation de ce creuset incontournable de la citoyenneté et de la modernité que l’université fut et devrait toujours être.  
 

AHMED SAAIDI
Lundi 13 Avril 2009

Lu 463 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs