Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’art et la politique




C’est l’été, les vacances et le farniente. La rentrée tant politique que celle des classes ne sont pas pour demain, mais pour un lendemain qui nous semble tellement lointain qu’on n’aimerait qu’il n’arrive jamais. Ou peut-être le plus tard possible pour que chacun d’entre nous puisse avoir le temps de goûter aux petits plaisirs de la vie que seuls les congés payés permettent, Quittons donc la politique. Pour aller où? Vers l’art, bien sûr. Car, comme l’a dit Maître Paul Klee, « l’art ne reproduit pas le visible, il rend visible ». Il permet de voir plus et plus loin. C’est peut-être pour cela que certains hommes politiques sont particulièrement sensibles à l’art, surtout la peinture.
Hitler, pour citer le pire d’entre eux, a, par deux fois, échoué à l’examen d’entrée à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Mais il a continué à peindre au point d’avoir laissé des aquarelles, dont douze, récemment mises aux enchères à Londres, ont rapporté 143.000 dollars. Succès, hélas, tardif, car frustré par son échec d’artiste, il a versé dans la politique avec ce que cela a induit comme sang versé et comme malheurs indicibles pour l’ensemble de l’humanité.
Churchill était plus cher. Lui qui avait promis aux siens du sang, de la sueur et des larmes pour vaincre l’ire vengeresse du premier, avait réussi l’exploit d’exposer ses tableaux dans une galerie parisienne réputée. En avril 2008, à New York, l’une de ses toiles a même changé de main pour 420.000 dollars.
Poutine a fait encore mieux. En janvier dernier, son tableau «Ouzor» («Broderie») avait été vendu pour 37 millions de roubles (plus d’un million de dollars), somme qu’il a versée à des œuvres de bienfaisance.
Comme Klee, l’actuel homme fort de Russie veut voir le visible et se permet même de critiquer les œuvres des autres. Il en regarde les détails les plus infimes et les juge. Sans appel.
Le souci des détails n’est d’ailleurs pas rare dans les rapports entre la politique et l’art.
En général, les hommes politiques, du moins les plus cultivés d’entre eux, donnent l’impression de ne pas comprendre que la vérité de l’œuvre d’art, c’est celle de l’artiste et non la leur.
Ce qui n’est pas le cas chez nous. Non pas parce que nos politiques sont de bons peintres ou de bons critiques. Loin s’en faut. A part une ou deux exceptions près, ces derniers ne sont, en effet, pas férus de peinture.
En la matière, ils font plutôt allégeance à l’incontournable mimétisme et aux effets de mode pour meubler tant leurs salons que leurs discussions.
Ayant généralement horreur du prêt-à-porter, ils raffolent pourtant du prêt à penser. Exit donc Klee et vive le baratin et le gribouillage.
N’est-on pas au Maroc, pays des traditions orales et des contrastes ?

AHMED SAAIDI
Vendredi 24 Juillet 2009

Lu 347 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs