Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Haro sur nos athlètes




C’est de nouveau parti pour des jérémiades à n’en pas finir. Des analyses trop perspicaces, des commentaires au vitriol…Mais c’est oublier que l’on n’a que le sport que l’on mérite. Par on ne sait quelle ambition démesurée, on voulait des médailles et rien d’autre. Sauf que la pilule est d’autant plus dure à avaler qu’au lieu de figurer dans le tableau des médailles, c’est à un autre, plus fermé encore, si cela peut nous consoler, que l’on a eu droit. On a été doublement cité dans le trop peu flatteur palmarès des nations dopées. Plus d’eau, donc, dans le moulin de critiqueurs fatigants et infatigables.
Il y a péril en la demeure, certes, mais cela ne date pas d’aujourd’hui, et encore moins de ces tout derniers Mondiaux d’athlétisme. Il n’y a pas longtemps, ceux-là mêmes qui affectent la surprise et qui donnent l’air d’être exagérément mécontents, faisaient leur la berceuse qui faisait de nous « une grande nation de sport ». Et comme ce n’était pas du solide, ladite grandeur a duré le temps des exploits d’un Aouita, une Bidouane, une Nawal…
C’était trop confortable de se cacher derrière l’arbre de l’athlétisme, quitte à laisser moisir tous les autres sports déjà très mal en point. Il n’y a que cette blague trop grossière qui continue à faire de nous « une grande nation de football » qui a la vie longue, malgré tous les revers essuyés. Qu’est-ce que notre unique Coupe d’Afrique des nations, ravie il y a plus de trente ans, par rapport au palmarès d’une Egypte, d’un Ghana ou d’un Cameroun ?
 Mais et pour revenir aux Mondiaux, ayons l’honnêteté d’apprécier à leur juste valeur la cinquième place MONDIALE d’un Amine Laalou au 800 m, la septième au marathon (svp ) de Adil Ennani ou encore la dixième place au saut en longueur de Yahya Benrabeh.
Combien on aurait aimé  voir notre pays logé à une telle enseigne dans bien d’autres domaines, économique, social ou autre…
Et dire que quelques trop honorables députés et conseillers doivent piaffer d’impatience en attendant leur prochaine session pour se faire, de nouveau, grands analystes et experts inégalés de la chose sportive.
Que vont-ils proposer, cette fois, en dehors de leur remède miracle administré au foot et qui consiste à virer tout technicien étranger pour laisser la place à ceux du terroir, car  forcément compétents et, fatalement, au-dessus de tout soupçon.
Le problème, c’est qu’en athlétisme, il n’y a que de mignons enfants du terroir.

Mohamed BENARBIA
Mardi 25 Août 2009

Lu 389 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs