Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gaza dans le désordre arabe




Le compte macabre continue. A Gaza, la barre des mille morts a été franchie il y a plusieurs jours déjà. 24 heures après un fragile cessez-le-feu décrété de manière unilatérale d’abord par Israël puis par le Hamas, les corps des victimes des raids de Tsahal sont découverts sous les décombres des maisons bombardées et des bâtiments détruits. Après 21 jours de guerre, la mort ne saurait être une image banalisée.
Non, on ne pourra jamais s’habituer, à force d’une overdose d’images de l’horreur diffusées par ces télévisions satellitaires qui aiment à faire des taux d’audience sur l’hémoglobine, la mort en direct, les corps chétifs d’enfants calcinés, ensanglantés, d’enfants arrachés à la vie, à l’amour des leurs parce qu’ils étaient Palestiniens. Non, on ne pourra jamais s’habituer à ces images. Ni en détourner le regard en zappant vers d’autres télévisions, d’autres cieux, d’autres pays.
Le compte macabre continue. Gaza est sans eau ni électricité. Et le peuple de Gaza fait la queue dès l’aube pour quelques pains, quand il y en a. La trêve n’est qu’une trêve. Des roquettes sont tirées, des raids répliquent. Et la guerre continue. Sous le regard du monde arabe qui, lui, s’est de nouveau donné en spectacle pour une course dérisoire, futile, malsaine de leadership.
 Il a fallu plus de mille morts et trois semaines de guerre –et 48 heures avant un cessez-le-feu préparé en coulisses sur le front diplomatique- pour que les pays arabes convoquent un sommet « extraordinaire ». En rangs dispersés, loin, très loin du drame de la Palestine et des Palestiniens, le sommet arabe de Doha a raté l’essentiel. C’est-à-dire une introspection du corps arabe, un nécessaire et salutaire retour sur soi pour tenter d’analyser, disséquer, peut-être comprendre cette aveuglante absence de solidarité arabe, ces dissensions inter-arabes et cette Nation arabe, dans l’incapacité chronique de parler d’une seule voix. Sous les bombardements israéliens et alors que la Palestine plonge de nouveau dans l’enfer de la guerre, les calculs étriqués, mesquins, insignifiants sont encore la seule réponse que les dirigeants arabes réunis à Doha ont réussi à donner à la rue arabe. L’absence du Roi du Maroc, qui s’en est expliqué dans un communiqué du Cabinet Royal, a alors résonné comme une saine colère, une indignation aussi, contre des palabres arabes absolument formelles.
Pendant ce temps, quelques heures seulement après le cessez-le-feu, se réunissaient  dimanche, à Charm Cheikh, en Egypte, six dirigeants européens, le secrétaire général de l’ONU en plus de l’Egypte et la Jordanie. Un sommet international pour que dure une trêve que tous savent précaire et, surtout, pour que les canons de la guerre se taisent. A Charm Cheikh, les faiseurs de paix n’ont pas dit leur dernier mot.

Narjis Rerhaye
Mardi 20 Janvier 2009

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs