Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dos d’âne




Doléances entendues de résidents ‘’fédalis’’ ou décisions communales unilatérales lors d’un conseil municipal, la mise en place de dispositifs de réduction de la vitesse (ralentisseurs de vitesse ou plus vulgairement dos d’âne) dans de grands axes (Bd. Hassan II, de la Résistance, etc.) à Mohammedia n’en a pas moins suscité quelques menues réactions chez le riverain. Entre l’adhésion sans réserve au projet et son rejet le plus total en passant par une indifférence méprisante, l’incompréhension, les vives critiques ou autres protestations voire sentiment d’injustice et indignation notamment du côté des transporteurs publics (taxis, triporteurs…), les avis restent, hélas bien partagés chez les usagers de la route dans la cité des fleurs.
S’il est un fait indéniable et essentiel pour sauver des vies, c’est la maîtrise de la gestion de la vitesse au volant par autorités interposées. Selon l’OMS, la vitesse contribue à un décès sur trois dus aux accidents de la route dans le monde et trône parmi les premières causes. Au Maroc, où le taux de mortalité des accidents de la route est des plus élevés au monde, il est donc urgent d'appliquer des mesures concrètes afin d’en prévenir les incidences néfastes et rendre nos routes plus viables et sûres, d’où la nécessité de mise en place de dispositifs contraignants.
Aussi, certaines mesures, comme introduire sur les routes des structures modératrices de la circulation (ronds-points, ralentisseurs) et faire respecter les limitations de vitesse au moyen de contrôles (radars fixes et mobiles ou panneaux d’indication de vitesse), ne peuvent être qu’approuvées. A Mohammedia, à l’instar d’autres villes autant prévoyantes quant à la sécurité routière, les institutions chargées de cette politique ont donc élargi leur planification stratégique en multipliant les aménagements routiers, histoire de casser l'allure des chauffards malveillants.
On regrettera cependant, que des tronçons accidentogènes sur certains grands axes comme le Boulevard Hassan II à proximité d’écoles à Mohammedia n’aient pas bénéficié de ces ralentisseurs, d’où une certaine dangerosité particulièrement aux heures d’entrée et de sortie des élèves de leurs établissements. Certes un panneau solaire désignant la vitesse de chaque automobiliste existe dans un des sens de la double voie, mais il n’est guère contraignant puisqu’il ne pointe les vitesses qu’à titre indicatif.

Mohammed Jaouad Kanabi
Vendredi 12 Mai 2017

Lu 720 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs