Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

De l’huile sur le feu




Après la relative accalmie de l’an passé, le front social est actuellement en pleine surchauffe. Le  bouillonnement et l’agitation semblent de retour dans différents secteurs où les débrayages commencent à être nombreux. Les syndicats sont revenus à la charge avec d’autant plus de vigueur que la récente déclaration du Premier ministre devant la centrale de son parti est venue mettre un terme à tout espoir de voir les salaires augmenter suffisamment pour rattraper les hausses successives des prix des denrées de première nécessité, enregistrées depuis le début de 2009.
Contrairement au passé, la contestation est actuellement la chose la mieux partagée non à cause d’une quelconque coordination entre leurs états-majors, mais parce que les syndicalistes se sont trouvés dans l’obligation d’accorder leurs violons afin de faire front, de manière suffisamment consensuelle pour être forte, aux nouvelles donnes sociales.
La grève générale à laquelle la FDT, l’UNTM, l’ODT  et l’UMT, avaient appelé le 23 janvier dernier et celle que ces mêmes centrales ont programmée pour le 10 février courant au niveau de la Fonction publique, des collectivités locales et des établissements à caractère public, en fournissent la preuve.
Intervenant en signe de protestation contre l’approche adoptée par le gouvernement pour le traitement des dossiers soumis lors du dernier round du dialogue social, ces débrayages s’inscrivent également dans le cadre d’un mouvement incessant de grèves sectorielles. 
Outre les entreprises privées, celui-ci touchera l’Education nationale les 10 et 11 février, les Agences urbaines tous les mercredis et jeudis du même mois et le reste à l’encan.
Ces débrayages pourraient se radicaliser davantage au regard de la menace proférée contre les grévistes par le ministre de la Communication qui a pris le soin, au sortir du Conseil de gouvernement, de souligner que si le droit de grève est garanti par la Constitution, la règle comptable en vigueur stipule que la rétribution salariale en contrepartie d’un travail fourni est la base légale de toute dépense publique.
Ce qui fait planer une menace sérieuse sur les émoluments des grévistes éventuels et mettra de l’eau au moulin des jusqu’au-boutistes de tous bords. Une situation que les partenaires sociaux doivent éviter en ces temps difficiles où le Maroc est appelé à faire face à l’une des crises économiques et financières mondiales les plus graves de l’histoire récente.

Ahmed SAAIDI
Vendredi 6 Février 2009

Lu 268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs