Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Cinquantième anniversaire de l’USFP : La lutte continue




La première session du Conseil national de l’USFP qui se tient aujourd’hui à Rabat,  intervient, pratiquement jour pour jour, cinquante ans après la création du parti. Le hasard du calendrier a voulu que le cinquantenaire soit dûment célébré dans la continuité de ce processus fait, depuis toujours, de militantisme et de détermination pour un Maroc meilleur et pour l’évolution et l’épanouissement des Marocains. C’est dans ce cadre que s’inscrit la session d’aujourd’hui, une session, celle de l’espoir et de nouvelles perspectives pour le pays et pour le peuple.
Cinquante ans donc faits d’un engagement sans faille et de sacrifices ininterrompus. La volonté inébranlable de trancher avec un style d’encadrement et des méthodes d’action qui étaient loin de répondre aux aspirations des Marocains et du Maroc au lendemain de l’Indépendance.
La preuve sera tout de suite donnée, surtout que  les militants authentiques ne pouvaient se permettre de se cantonner dans quelque structure figée et, somme toute, assez confortable. « L’option révolutionnaire » s’imposait, sauf que cela ne devait pas être du goût de certains « conformistes ». Il fallait lutter sur plus d’un front et continuer à militer sans relâche, consentant d’inestimables sacrifices. Comme de ce  lourd tribut imposé à un parti qui opérait à l’encontre des intérêts de quelques puissants bourreaux de l’époque ou de ceux de quelques serviteurs à leur solde.
Entre autres militants, entre autres leaders, le parti perdra en cours de route, Mehdi Ben Barka et, ce presque dix ans plus tard Omar Benjelloun, tout aussi lâchement exécuté, quelques mois à peine, après le Congrès extraordinaire ayant conduit à la création de l’USFP. Omar aura vécu jusqu'à voir son rêve et celui des Ittihadis réalisé. Mehdi, n’aura pas été moins comblé.
La machine ne s’est pas arrêtée pour autant. De l’opposition, l’USFP optera pour une participation salvatrice (n’ayons pas peur des mots) et pour une gestion qui a donné ses preuves.
Le processus continue. Serait-il abusif de dire qu’il ne fait que commencer? C’est même le propre des grands partis, ceux issus du peuple et de la volonté populaire. Ils ne meurent jamais. Bien au contraire. Ils se renouvellent en permanence.

Lire Dossier du weekend


Mohamed BENARBIA
Samedi 24 Janvier 2009

Lu 212 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs