Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouteflika ne dit “oui” qu’à Galloway




Le Britannique Georges Galloway a fait joliment par son  initiative fort louable en faveur des Gazaouis.  «Viva Palestina» aura par ailleurs marqué les esprits au moment où l’on ressentait une certaine nostalgie pour l’UMA, cette Union du Maghreb arabe créée, il y a de cela vingt ans, pratiquement jour pour jour, mais sans jamais être parvenue à mûrir pour être en mesure de répondre aux aspirations des peuples des pays concernés.
Avant d’atteindre Gaza, Galloway aujourd’hui en mesure de se targuer d’avoir réussi à ouvrir ces frontières si stupidement cadenassées entre le Maroc et l’Algérie, le temps de passage du convoi.
Du côté d’Alger, on sait apparemment être souple par moments, faute d’être lucide.
Bouteflika et son équipe peuvent de leur côté, être fiers d’avoir dit «oui» à Galloway, mais qu’en est-il pour ce «non» qu’ils infligent encore et toujours à ces millions d’Algériens et de Marocains privés de libre circulation entre les deux pays et qu’ils s’entêtent à ignorer ?
L’attitude du président algérien n’est pas sans nous rappeler un autre chef d’Etat arabe, et surtout, le grand penseur arabe, Afif Lakhdar.
Mouammar Kaddafi avait réussi par quelques irrésistibles arguments sonnants et trébuchants, quelque chose comme  à faire convertir le fameux président centrafricain Bokassa, à l’Islam. L’attrait des 50 millions de dollars était tellement irrésistible que, pour faire preuve de sa «bonne foi», le président centrafricain de l’époque a même accepté de se laisser circoncire.
La jolie réplique de Afif  Lakhdar ne s’est pas fait attendre : le frère président libyen n’avait qu’à jeter un coup d’œil juste à côté, là où il y avait  quelque 70 millions d’Egyptiens, tous circoncis. Ah, ce qu’ils auraient fait avec la cinquantaine de millions de billets verts !
Par ailleurs, les participants parmi les pays du Golfe au dernier Sommet de Doha ont eu « une petite » pensée pour la région. Ils ont surtout décidé de mettre le paquet pour la construction d’infrastructures, entre routes, autoroutes et voies ferrées… permettant d’assurer la liaison entre les pays arabes de la région, Maroc/Algérie en tête.
Bouteflika, et tout un staff à lui ont eu l’intelligence d’adhérer au projet. Ils ont vite fait de signer. Mais l’on ne peut s’empêcher de relever cette bien curieuse dualité dans les prises de position.
A quoi serviraient, au fait, toutes les routes du monde s’il y en a qui s’entêtent à vouloir boucher tous les accès ? 

Mohamed BENARBIA
Vendredi 20 Février 2009

Lu 280 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs