Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Blogueurs derrière les barreaux




La blogosphère marocaine vient de payer un nouveau tribut à la justice. En moins d’une année, deux de ses membres ont été condamnés. Le premier, Mohamed Erraji, l’a été à deux ans de prison ferme et à 5.000 DH d’amende par le  tribunal de première instance d’Agadir avant d’être acquitté en appel. Le second, Hassan Barhoun, vient de l’être par le tribunal de première instance de Tétouan à six mois de prison ferme et à une amende de 5.000 DH.
Ces deux procédures témoignent de la qualité de surveillance imposée par les services compétents à tout ce que les Marocains d’ici produisent comme contenu éditorial sur la Toile.
Elles nous rappellent également que Toile et Droit ont noué au Maroc des relations conflictuelles et contradictoires dès l’origine. Ceci d’autant plus qu’Internet n’est pas seulement une technologie permettant à des ordinateurs du monde entier de dialoguer, ni un simple média nouveau, plus sophistiqué que notre vieille TV, ni même un gadget générationnel. Il est, en réalité, un espace nouveau de sociabilités humaines, mondialisé, accessible par l’ordinateur, la TV ou le mobile, et dans lequel les individus ou les entreprises peuvent quasiment tout faire : se rencontrer, travailler, commercer, se divertir …
A travers leurs blogs ou leur appartenance à des réseaux sociaux de type Facebook, Myspace … ces derniers se décrivent, font état de leurs activités et passions, diffusent des photos…  Une mise en scène personnelle qui les conduit parfois à indiquer en temps réel ce qu’ils font ou ce qu’ils pensent sans prendre de gants.
Il n’est dès lors pas étonnant que la question du Droit se pose de manière inédite dans cet univers. Or, au Maroc, nulle réflexion n’a encore été initiée par le législateur pour se mettre au diapason de cette situation. Aussi, est-ce dans les anciens textes qui ont corseté la liberté de l’expression imprimée que les tribunaux sont obligés de puiser pour prononcer leurs jugements, et ce sans prendre compte, parfois, des différences majeures entre la Planète Gutenberg et le Cyberespace. 

AHMED SAAIDI
Lundi 9 Mars 2009

Lu 231 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs