Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afrique




Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afrique
Washington veut réduire la présence militaire américaine en Afrique et cette annonce, faite au moment où la France et les dirigeants du G5 Sahel resserrent les rangs pour combattre les jihadistes, menace d'hypothéquer les efforts déployés par les Européens pour aider la région.
Les ressources que le Pentagone consacre à l'Afrique ou au Moyen-Orient "pourraient être réduites et ensuite redirigées, soit pour améliorer la préparation de nos forces aux Etats-Unis soit vers le Pacifique", a déclaré le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, à son arrivée dans la nuit de dimanche à lundi à Bruxelles pour une réunion du Comité militaire de l'Otan mardi et mercredi. "Nous sommes en train d'élaborer des options pour le ministre" américain de la Défense, Mark Esper, a expliqué le général Milley à quelques journalistes, dont l'AFP.
Cette réflexion se fait "en coordination avec nos alliés et nos partenaires dans les zones concernées", a-t-il précisé.
Un retrait militaire américain en Afrique "serait une mauvaise nouvelle pour nous", a réagi lundi le président français Emmanuel Macron, lors d'un sommet à Pau (sud-ouest de la France) avec les chefs d'Etat du G5 Sahel - Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad.
"J'espère pouvoir convaincre le président Trump que la lutte contre le terrorisme se joue aussi dans cette région et que le sujet libyen n'est pas séparable de la situation au Sahel et dans la région du lac Tchad", a-t-il déclaré en évoquant le risque de "prolifération du terrorisme" en cas d'échec.
La perspective d'une réduction de la présence américaine inquiète clairement Paris, dont 4.500 soldats sont déployés au Sahel. "L'engagement américain est crucial dans la région car ils fournissent des capacités critiques de surveillance, de ravitaillement en vol et certaines ne sont pas substituables", avertit la présidence française.
Les Etats-Unis veulent réduire le nombre de leurs militaires déployés à travers l'Afrique au cours des prochaines années et se concentrer davantage sur la réponse aux menaces posées par leurs concurrents russes et surtout chinois.
L'armée américaine déploie par rotations en Afrique quelque 7.000 soldats des forces spéciales qui mènent des opérations conjointes avec les armées nationales contre les jihadistes, notamment en Somalie.
En outre, 2.000 soldats de l'armée de terre mènent des missions de formation dans une quarantaine de pays africains et participent à des opérations de coopération, notamment avec les forces françaises de l'opération Barkhane au Mali, auxquelles ils fournissent une assistance principalement logistique.
M. Esper envisagerait ainsi de fermer une base de drones à Agadez, dans le nord du Niger, dont le coût a été estimé à une centaine de millions de dollars et qui donne aux Etats-Unis une plateforme de surveillance de premier plan au Sahel.
Questionné, le général Milley a assuré que le chef du Pentagone n'avait encore "pris aucune décision".
"Economiser nos forces ne veut pas dire les ramener à zéro", a-t-il assuré. L'examen des forces en Afrique "se poursuit".
La question de la présence militaire américaine en Irak, remise en cause depuis l'élimination le 3 janvier par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani, figurera aussi au menu des discussions à l'Otan alors que les alliés s'inquiètent d'une résurgence du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.
Le Parlement irakien a demandé l'expulsion des 5.200 soldats américains déployés en Irak, ce qui remet en cause la présence des troupes des 75 autres Etats membres de la coalition antijihadiste emmenée par Washington.
Sur ce point, le général Milley a rappelé que ce n'était pas lui qui prenait les décisions sur un maintien ou non des troupes américaines dans un pays, mais le président des Etats-Unis, Donald Trump.
"Tout ce que je peux dire, c'est ce que sont notre politique actuelle et nos plans actuels", a-t-il dit. "Et les instructions que j'ai reçues du ministre de la Défense et du président, c'est que nous restons en Irak".

Mercredi 15 Janvier 2020

Lu 912 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif













Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com