Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vincent Cassel : Je suis conscient de ma chance





Vincent Cassel : Je suis conscient de ma chance
I l y a quelques années, Vincent Cassel a retrouvé l’amour dans les bras du mannequin Tina Kunakey, avec qui il a eu un troisième enfant en 2019. Très épanouie, l’acteur est un homme nouveau. Il savoure la vie comme il l’a récemment confié sur Instagram. “J’ai failli mourir deja trop de fois pour laisser passer cette vie qui est la mienne sans fêter chaque instant comme s’il etait unique.

Conscient de ma chance, chaque brise, chaque parfum, chaque sourire, chaque manifestation du soleil, de la lune ou de la mer, chaque melodie me font me lever et danser les bras tendus vers le ciel, les yeux remplis de larmes et de gratitude devant tant de beaute. Rien n’est simple, rien n’est vrai, tout est vivant”, a-t-il écrit sur Instagram en légende d’une sublime vidéo sur laquelle il pratique un sport aquatique dans un endroit paradisiaque.

Si le comédien s’adonne à de nombreuses activités, il passe auprès du temps auprès de son épouse, Tina Kunakey. C’est en 2015 que les deux tourtereaux se sont rencontrés dans les rues de Biarritz. Trois ans plus tard, ils se sont mariés avant d’accueillir leur adorable petite fille. Quelques mois après son union, Vincent Cassel était revenu sur sa rencontre avec la sublime jeune femme dans le magazine Journal de France.

“Je ne savais pas quel âge elle avait quand je l’ai rencontrée. Mais tu ne choisis pas de qui tu tombes amoureux”, a-t-il expliqué. Et de poursuivre : “Le lendemain, quand elle me l’a dit, j’ai été un peu surpris mais j’ai pensé ‘eh bien, cela se passe comme ça’”.

Reda Kateb

Vincent Cassel : Je suis conscient de ma chance
César du meilleur second rôle masculin pour Hippocrate, en 2015, lauréat du Prix Patrick Dewaere, courtisé par Hollywood (Zero Dark Thirty, Lost River, Loin des hommes...), Reda Kateb fait incontestablement partie de ces acteurs “qui comptent” dans le cinéma français. Celui qui confiait avoir “eu peur d’être cantonné à des rôles de méchants” au début de sa carrière, se distingue par des choix de rôles riches et variés, exigeants et mûris. Et souvent payants au box-office : plus de 2 millions d’entrées pour le bouleversant Hors normes de Toledano-Nakache en 2019. “J’ai la prétention de penser que le secret de ma filmographie éclectique tient plutôt à mes choix personnels et à la manière dont je construis mon parcours. Je veille à ne pas me répéter”, indique l’acteur dans les colonnes de Voici. Pour autant, Reda Kateb aurait-il pris la grosse tête avec le succès ? La question est posée à l’acteur, qui répond simplement : “Ce n’est pas à moi de le dire, mais il me semble que je sens bien le sol sous mes pieds. Ce n’est pas dans ma nature de m’exhiber, et être reconnu n’est pas une fin en soi”.

Libé
Jeudi 24 Décembre 2020

Lu 177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.