Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Vernissage à Casablanca d'une exposition sur la transition écologique




Vernissage à Casablanca d'une exposition sur la transition écologique
L'exposition #LesYeuxOuVerts, dont les œuvres d’art sont un appel du pied pour une transition écologique responsable, a démarré, jeudi soir, dans l'espace Artorium à Casablanca, à l’initiative de l'Association Enfance Maghreb avenir (EMA).
Une quarantaine d'œuvres, notamment des peintures, des photographies et des sculptures, explorent quatre visions du monde, que sont "l'observation, l'Equilibre, la folie et la conscience", de manière directe ou suggestive, sur fond d’un engagement évident pour l'écologie.
Une quinzaine d’artistes marocains et français ont joint leurs efforts pour monter cette exposition dans le cadre d’un projet dénommé "EMArt", qui a le double objectif de contribuer à une prise de conscience de l’urgence climatique et à une levée de fonds au profit de l’Association pour le soutien de la scolarité des enfants défavorisés.
"Notre objectif à travers cette exposition est d'attirer l'attention des mécènes, des collectionneurs et du grand public afin de venir en aide à l'éducation dans le secteur public au Maroc", a réitéré Najate Limet, présidente de l'Association.
Le bénéfice de la vente des œuvres exposées, a-t-elle expliqué, est destiné à financer la reconstruction et la mise aux normes d'écoles publiques du Grand Casablanca et en priorité le Centre de formation par l'apprentissage de Nouaceur, dans lequel soixante enfants déscolarisés, âgés de 15 à 20 ans, pourront apprendre un métier adapté au marché de l'emploi.
La commissaire de l’exposition Claire Boudsocq a relevé qu’en plus d’être une ode à l’environnement, le travail accompli par ces artistes bénévoles a une valeur sensibilisatrice sur la transition écologique et le rôle capital de l’école pour inculquer aux enfants la culture du respect de l’environnement.
L'exposition, qui va se poursuivre jusqu'au 25 février, sera accompagnée d'une conférence de l'écrivain français Paul Ardenne sur "Les artistes ne peuvent pas rester indifférents ?" (22 janvier) et d'une table ronde sur "La transition écologique : art et architecture, même combat ?", parrainée par l'Institut français de Casablanca (30 janvier).
Créée le 31 janvier 2006 à Paris et le 30 novembre 2007 à Rabat, EMA, organisation non gouvernementale de solidarité internationale et reconnue d’intérêt général, œuvre à la réhabilitation d'écoles publiques dans les quartiers défavorisés du Grand Casablanca et de Marrakech, en harmonie avec sa devise "L'école est un droit et non un privilège".

Samedi 18 Janvier 2020

Lu 741 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif