Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une prétendue parlementaire du Polisario persona non grata à Marrakech

Souilma Beyrouk voulait gruger les autorités et imposer sa présence à la COP 22




La femme qui était arrivée à introduire le Polisario en Egypte, a voulu tenter le même coup à Marrakech, au nom du parlement de l’Union africaine. Mais c’était compter sans la vigilance des autorités marocaines. En sa qualité de vice-président du Parlement de l’Union africaine, Souilma Beyrouk qui avait berné les autorités égyptiennes, lors de la tenue des assises du Parlement africain, a voulu s’imposer, à ce titre, aux travaux de la COP 22 à Marrakech oubliant que l’Algérie qui avait imposé son entrée au Parlement africain était représentée à ces travaux et qu’elle ne pouvait pas imposer au Maroc ce qu’elle a imposé à l’Union africaine.
Oubliant ou faisant semblant d’oublier que rien  ne pouvait la qualifier pour assister à ce congrès mondial où seuls les Etats, répondant aux critères d’Etat, étaient admis pour y siéger, l’aventurière du Polisario, a voulu prendre de vitesse, tout le Royaume comme elle l’avait fait en Egypte. Ce pays où elle a failli, par son intrusion, créer une crise diplomatique avec le Maroc.  
Selon des observateurs, le Polisario qui, en réaction au discours Royal du 6 novembre, s’est arrogé le droit de répondre au nom de toute la communauté africaine et rejeter  la demande marocaine d’intégrer l’Union africaine a, comme de coutume, agi en provocateur en envoyant sa représentante au Maroc.
Notons que dans sa réaction au discours Royal, le Polisario qui a évité d’appeler ces relais pour ne pas dire ses parrains, au sein de l’Union africaine pour rejeter la demande marocaine, remise officiellement le 22 septembre à New York à la présidente de la commission de l’UA et distribuée le 4 novembre aux membres de l’organisation. Hier, le Roi Mohammed VI a affirmé depuis Dakar que «le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle. Il dispose d’une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine».
En échouant dans sa tentative, Mint Beyrouk aura démontré son culot et son absence de scrupule. Les autorités marocaines lui ont permis de passer la nuit du lundi à mardi à l’aéroport Mohammed V pour prendre un vol, ce mardi matin, à destination d’Alger.

Ahmadou El-Kattab
Mercredi 9 Novembre 2016

Lu 1351 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés