Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une mission d'évaluation du Conseil de sécurité en RDC




Une mission d'évaluation du Conseil de sécurité en RDC
Une mission d'experts du Conseil de sécurité des Nations unies mène un "travail d'évaluation" de ses résolutions en RD Congo qui sort d'une présidentielle ayant porté au pouvoir un opposant, a indiqué jeudi l'ONU à Kinshasa.
"Les experts de sept pays membres du Conseil de sécurité qui séjournent à Kinshasa ont débuté leur travail d'évaluation depuis lundi", a déclaré à l'AFP Florence Marchal, porte-parole de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco).
C'est une mission "normale d'évaluation des résolutions du Conseil de sécurité" conduite par la France qui rédige habituellement les résolutions du Conseil de sécurité sur le dossier congolais, a-t-elle précisé.
La délégation est composée de représentants de la France, la Belgique, l'Allemagne, la Pologne, l'Afrique du Sud, le Royaume-Uni et les États Unis.
La représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, Leila Zerrougui, a rencontré mardi le nouveau président congolais Félix Tshisekedi.
Présente en RDC depuis 1999, la Monusco se prépare au renouvellement de son mandat censé intervenir au mois de mars. Cette mission de paix, comptant quelque 17.000 Casques bleus pour un budget annuel d'1,153 milliard de dollars, est l'une des plus importantes menées par l'ONU dans le monde.
Après deux ans d'incertitudes dues aux reports successifs des élections, la RDC a finalement organisé les scrutins présidentiel et législatifs le 30 décembre 2018. La présidentielle a conduit à la victoire de l'ancien opposant Tshisekedi mais celle-ci est contestée par l'autre opposant Martin Fayulu qui affirme être arrivé en première position.
Par ailleurs, la mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a indiqué mercredi avoir été sollicitée par les autorités pour "contrecarrer" un projet de déstabilisation du Rwanda voisin par des rebelles hutu rwandais qui ont quitté la province du Nord-Kivu vers celle du Sud-Kivu, dans l'est du pays.
Le chef de la Monusco, Leila Zerrougui a affirmé dans une conférence de presse avoir reçu une lettre du ministre congolais de la Défense sollicitant un appui des Casques bleus aux militaires congolais afin de contrecarrer une rébellion contre le Rwanda voisin, à partir de la RDC.
Selon cette lettre partagée sur les réseaux sociaux et les médias, le ministre congolais de la Défense Crispin Atama Thabe note qu'il a été observé un déplacement des rebelles hutus rwandais des forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).
Le déplacement de ces FDLR et leurs familles va de la province du Nord-Kivu vers celle du Sud-Kivu "où ils seraient sollicités par le général rebelle rwandais Kayumba en vue d'une coalition pour une action belliqueuse contre le Rwanda à partir de la RDCongo", signale le ministre de la Défense.
La RDC "ne peut accepter de servir de base arrière pour un quelconque mouvement rebelle étranger contre un État voisin" et sollicite ainsi "l'appui des forces de la Monusco aux FARDC (armée congolaise)", écrit encore M. Atama Thabe dans ce courrier daté du 18 janvier.
Face à cette demande, la Monusco a "alerté les autorités rwandaises et a salué l'attitude positive et responsable des autorités congolaises", a expliqué Mme Leila.
La diplomate a néanmoins ajouté "qu'aucune attaque contre le Rwanda à partir de la RDC n'a été enregistrée" par la Monusco depuis.
Lundi, le gouvernement congolais a indiqué avoir extradé vers le Rwanda deux chefs des FDLR, dont leur porte-parole Bazeye Fils La Forge.
Les FDLR sont présentes dans l'Est de la RDC depuis 1994. Certains de leurs chefs sont accusés d'être responsables du génocide (800.000 morts) au Rwanda perpétré par le régime hutu extrémiste contre les Tutsis et les Hutus modérés, avant leur renversement par les forces pro-Tutsi de l'actuel président rwandais Paul Kagame.
Les relations entre la RDC et Rwanda sont complexes. Depuis 1996, le Rwanda a notamment soutenu différentes rébellions contre Kinshasa.

Vendredi 1 Février 2019

Lu 678 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com