Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un tiers des aires marines protégées le sont réellement


Libé
Mercredi 15 Mai 2024

Seulement un tiers des aires marines protégées (AMP) dans le monde font l'objet d'une protection haute ou intégrale, de nature à préserver la biodiversité et à augmenter la biomasse de poissons, selon une étude publiée jeudi dans la revue Conservation Letters.

La communauté internationale s'est fixé comme but de protéger 30% des océans d'ici à 2030 pour y restaurer la biodiversité, un objectif connu sous le nom de "30X30". En février 2023, 18.000 aires marines protégées étaient répertoriées dans le monde, soit 8,2% des océans, mais avec des degrés de protection très divers.

Pour évaluer l'efficacité de ces AMP, les auteurs américains, français et portugais de l'étude se sont penchés sur les 100 plus grandes aires marines protégées, représentant à elles seules 89,2% de la surface totale des AMP et 7,3% des océans du globe.

Ils sont arrivés à la conclusion que seulement un tiers (35,7%) de ces aires marines étaient sous protection haute ou intégrale, soit 2,6% de la surface des océans mondiaux. Un chiffre très éloigné de l'objectif 30X30.

A l'inverse, un autre tiers (36,9%) de ces aires "protégées" sont le théâtre d'activités "hautement destructrices" et incompatibles avec la protection de la biodiversité, telle que la pêche industrielle, selon l'étude.

Le reste des AMP sont soit dépourvues de réglementation et de gestion, soit faiblement protégées.
L'étude montre en outre que de nombreux pays (Australie, Brésil, Chili, France, Afrique du Sud, Royaume-Uni, États-Unis, etc.) instaurent une part importante de leurs aires marines protégées dans des zones reculées et des territoires d'Outre-mer.

Ainsi, 62,4% des aires marines fortement protégées sont situées dans des zones reculées.
La France, qui possède le deuxième domaine maritime au monde, ne compte que 1,6% de ses eaux sous un régime de protection intégrale ou haute, note par exemple Joachim Claudet, chercheur au CNRS et coauteur de l'étude.

Ces aires fortement protégées sont situées à 80% dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). A l'inverse, sur les façades Atlantique-Manche Mer du Nord de la France, seules 0,01% des eaux sont classées en protection intégrale ou haute.

Dans leur étude, les scientifiques proposent de ne plus comptabiliser, dans l'objectif 30X30, les AMP dont le niveau de protection est inconnu ou insuffisant, notamment celles qui autorisent l'extraction minière ou la pêche industrielle.

Ils plaident également en faveur d'une meilleure répartition géographique des AMP et de la ratification du traité international de protection de la haute mer (dit BBNJ).


Lu 305 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    





Flux RSS
p