Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un tableau de Van Gogh volé dans un musée fermé à cause du coronavirus





Un tableau de Van Gogh volé dans un musée fermé à cause du coronavirus
Un tableau de Van Gogh, "Le jardin du presbytère de Nuenen au printemps", a été volé dans un musée des Pays-Bas fermé au public en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé l'établissement. Dans la nuit de dimanche à lundi, vers 01H15 GMT, les cambrioleurs ont forcé la porte d'entrée vitrée du musée Singer Laren, à une trentaine de km d'Amsterdam, avant de s'emparer de l'oeuvre datant de 1884, a indiqué la police néerlandaise dans un communiqué. "Je suis choqué et incroyablement agacé que ce vol se soit produit", a réagi l'un des directeurs du musée, Jan Rudolph de Lorm, lors d'une conférence de presse vidéo. "L'art est là pour être vu, pour être apprécié, pour inspirer et apporter du réconfort, en particulier en ces temps difficiles où nous nous trouvons", a-t-il déploré.
Le musée est fermé depuis environ deux semaines et ce jusqu'au 1er juin au moins, le gouvernement néerlandais ayant interdit tous les rassemblements publics pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, qui a fait plus de 770 morts dans le pays. Des agents se sont rendus sur place directement après le déclenchement de l'alarme antivol du musée, mais n'ont trouvé aucune trace des cambrioleurs, a expliqué la police.
Le vol s'est produit, jour pour jour, 167 ans après la naissance du maître néerlandais post-impressionniste, le 30 mars 1853. "Le jardin du presbytère de Nuenen au printemps" avait été prêté au Singer Laren par le musée de Groningue (nord) dans le cadre d'une exposition dédiée à l'art néerlandais.
La valeur du tableau est estimée entre un et six millions d'euros, selon Arthur Brand, un expert d'art néerlandais.
"La chasse est lancée", a prévenu Brand, surnommé l'"Indiana Jones du monde de l'art" et notamment connu pour avoir retrouvé en 2015 deux chevaux de bronze de Josef Thorak, l'un des sculpteurs préférés d'Hitler.
Il s'agit du troisième vol d'un Van Gogh aux Pays-Bas depuis les années 1990, a-t-il indiqué auprès de l'AFP.
Deux chefs-d'oeuvre du peintre avaient été dérobés en 2002 au musée Van Gogh d'Amsterdam. "Vue de la mer de Scheveningen" (1882) et "Sortie de l'église réformée de Nuenen (1884-1885), dont la valeur s'élève à plusieurs millions d'euros, avaient finalement été retrouvés en Italie en 2016. Ils sont de nouveau exposés au musée d'Amsterdam depuis juin 2019.

Bouillon de culture

Tom Hanks
    
L'acteur américain Tom Hanks et son épouse Rita Wilson, premières stars d'Hollywood à avoir annoncé souffrir du Covid-19, sont de retour à leur domicile de Los Angeles après être restés en quarantaine en Australie pendant plus de deux semaines. "Nous sommes à la maison maintenant et, comme le reste de l'Amérique, nous continuons à rester chez nous et à pratiquer la distanciation sociale", conformément aux consignes en vigueur en Californie, a écrit ce week-end sur Twitter Tom Hanks. "Mille mercis à tous ceux qui se sont occupés de nous en Australie. Leurs soins et leurs conseils nous ont permis de rentrer aux Etats-Unis", poursuit l'artiste de 63 ans.
Tom Hanks et son épouse, la comédienne et chanteuse Rita Wilson, avait annoncé le 11 mars avoir tous deux contracté le nouveau coronavirus alors qu'ils se trouvaient en Australie pour les besoins d'un tournage. Le couple avait été admis à l'hôpital avant d'être autorisé à sortir pour suivre une quarantaine à domicile.
Deux semaines après les premiers symptômes, Tom Hanks avait annoncé qu'ils se sentaient mieux et vanté les mérites du confinement, incitant ses abonnés à respecter scrupuleusement les consignes des autorités.
Tom Hanks se trouvait avec son épouse en Australie pour les préparatifs du tournage d'un film de l'Australien Baz Luhrmann consacré à Elvis Presley, et dans lequel l'acteur aux deux Oscar doit incarner l'impresario du "King", le célèbre "colonel" Tom Parker.

 

Mercredi 1 Avril 2020

Lu 354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.