Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un mouvement pour le changement voit le jour dans les camps de Tindouf

« Initiative sahraouie pour le changement » entend réagir contre la mainmise du Polisario et de ses maîtres algériens




La direction du Polisario ne cesse d’être confrontée à une multitude de problèmes, de soulèvements populaires et d’initiatives dénonçant sa politique caractérisée par le despotisme et la soumission aux généraux algériens
La dernière de ces initiatives qui coïncide avec le coup d’Etat  contre Mugabe,  l’un des fervents soutiens du mouvement, est née de la concertation entre les membres d’un groupe de  cadres sahraouis des camps de Tindouf qui  n’en peuvent plus de la politique de l’actuelle direction du mouvement. Elle est baptisée « Initiative sahraouie pour le changement » (ISC). Selon le communiqué annonçant cette naissance et publié par plusieurs médias du Front dont celui proche de Lamine Bouhali protagoniste de Brahim Ghali et dont Libé détient copie, indique que cette initiative est survient suite à la situation de blocage et de désespoir que connait le problème à l’origine de la situation dangereuse que vivent les populations sahraouies.
Oaullad Moussa, l’un des coordinateurs de l’initiative a déclaré que l’objectif de cette initiative est d’ouvrir un dialogue sincère pour la révision de la situation actuelle et pour permettre aux jeunes sahraouis de prendre la direction des affaires.
Les initiateurs se sont engagés à trouver les voies à même de contourner les obstacles bloquant la situation que connaît ce dossier, en concertation entre les parties dans le cadre de négociations sous l’égide de l’ONU.
Les signataires du communiqué dont le plus connu n’est autre que El Hadj Ahmed qui a longtemps occupé les fonctions de «ministre chargé de l’Amérique latine». C’est à ce titre qu’il avait effectué de nombreux déplacements dans les pays de la région, notamment au Pérou où il avait réussi à tisser à un important réseau de relations, notamment  au Parlement, dans les médias et la société civile.
Ce qui n’avait pas empêché Mohamed Abdelaziz de l’exclure du secrétariat général du Polisario à l’issue du 14ème congrès, tenu en décembre 2015 dans le «camp Eddakhla». L’avènement de Brahim Ghali n’a pas pour autant ramené El Haj sur les devants de la scène polisarienne.
Si de nombreux observateurs estiment que la percée africaine du Maroc a beaucoup affaibli et discrédité  la direction du Polisario, on ne peut, cependant pas se prononcer sur l’avenir de cette initiative et de ses coordinateurs. Les paramètres tribaux et régionaux sont déterminants dans son évolution ou sa décrépitude.

Ahmadou El-Katab
Samedi 18 Novembre 2017

Lu 2708 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés