Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti




L'ex-Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a officiellement lancé vendredi son parti politique, rejetant tout "culte de la personnalité" et appelant au respect de l'Etat de droit, une pique à peine voilée à l'adresse du président Recep Tayyip Erdogan accusé de dérive autoritaire.
M. Davutoglu a été chef du gouvernement sous M. Erdogan de 2014 à 2016, avant d'être brutalement écarté en raison de désaccords avec le chef de l'Etat et alors qu'il semblait vouloir prendre davantage d'autonomie.
Lors d'une cérémonie à Ankara, il a officialisé la naissance du "Parti de l'Avenir" et présenté son emblème, une feuille de platane, symbole d'enracinement, de la couleur verte de l'islam, un appel du pied aux électeurs conservateurs déçus du parti présidentiel AKP.
Dans un discours fleuve, cet ancien universitaire âgé de 60 ans a présenté ses priorités en matière d'économie et de politique étrangère, mais surtout insisté sur le respect de l'Etat de droit en reprenant des griefs souvent adressés à M. Erdogan.
"Il est essentiel pour un Etat de droit d'avoir pour socle l'indépendance de la justice (...) La presse ne devrait pas s'autocensurer ou être directement censurée", a-t-il déclaré.
M. Davutoglu n'a pas prononcé le nom de M. Erdogan, mais ce réquisitoire semble directement viser le président turc, accusé par les ONG et des pays occidentaux de dérive autoritaire, en particulier depuis une tentative de coup d'Etat le visant en 2016.
"Notre parti rejette une manière de faire de la politique basée sur le culte de la personnalité", a-t-il ajouté.
M. Davutoglu, qui a également servi comme chef de la diplomatie de M. Erdogan, a longtemps été l'un de ses plus proches alliés depuis son arrivée au pouvoir en 2003.
Mais le président turc l'a écarté sans ménagement en 2016, alors que les deux hommes s'opposaient sur plusieurs dossiers, notamment une révision constitutionnelle visant à instaurer le régime hyperprésidentiel voulu par M. Erdogan.
Vendredi, M. Davutoglu a appelé à revenir sur cette réforme qui "ne remplit pas les critères démocratiques".
M. Davutoglu n'est pas le seul ancien proche du président à faire sécession : un ancien vice-Premier ministre et ministre de l'Economie de M. Erdogan, Ali Babacan, a indiqué qu'il lancerait son propre parti dans les semaines à venir.
Les opposants de M. Erdogan espèrent que la création de ces formations dissidentes contribuera à affaiblir l'AKP, qui a essuyé des revers sans précédent lors des dernières élections municipales en mars, sur fond de difficultés économiques.

Libé
Vendredi 13 Décembre 2019

Lu 1897 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.