Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Un ancien bastion de l'EI accueille le tournage de Jackie Chan


Libé
Vendredi 22 Juillet 2022


Des figurants syriens, une équipe de tournage chinoise: le quartier fantôme de la banlieue damascène Hajar al-Aswad, d'où a été délogé l'Etat islamique en 2018, s'est mué en décor de film d'action pour une production de la star du kung-fu hongkongaise Jackie Chan.
"Home Operation", dont le scénario ne mentionne qu'un pays fictif appelé "Poman", s'inspire de l'évacuation par la Chine en 2015 de centaines de citoyens chinois et étrangers du Yémen en guerre à bord de navires de la marine chinoise.

Pékin s'était alors targué de la réussite de l'opération, soulignant son rôle humanitaire et son influence mondiale croissante.
 Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique et toujours déchiré par la guerre, est considéré comme trop dangereux et certaines scènes du film, coproduit par les Emirats arabes unis, sont ainsi tournées en Syrie.


Une équipe hétéroclite d'acteurs en tenue traditionnelle yéménite, des figurants syriens et des membres de l'équipe de tournage chinoise étaient sur place dès jeudi pour un tournage qui devrait durer plusieurs jours.
 Jackie Chan ne se rendra pas en Syrie pour participer au tournage, mais il est le principal producteur de ce que le synopsis du film présente comme un blockbuster censé saluer le rôle des autorités chinoises dans une évacuation héroïque.


Le réalisateur Yinxi Song confirme l'intention laudative du film. "On se met dans la peau de diplomates membres du Parti communiste, qui ont bravé un déluge de balles dans un pays déchiré par la guerre et ont ramené tous les compatriotes chinois sur un navire de guerre du pays, sains et saufs", a-t-il expliqué à la presse, alors que son équipe s'installait à Hajar al-Aswad, et que des chars prenaient position pour le tournage.


L'ambassadeur de Chine, l'un des rares pays à avoir maintenu de bonnes relations diplomatiques avec le régime du président syrien Bachar al-Assad après le début de la guerre civile en Syrie en 2011, était présent pour le lancement jeudi du tournage lors d'une petite cérémonie. "Peace & Love" ("Paix et Amour", NDLR), pouvait-on lire pour l'occasion sur une banderole accrochée à l'avant d'un char.


Hajar al-Aswad était autrefois une banlieue densément peuplée au sud de Damas, près du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk. Les deux zones ont été le théâtre de combats acharnés durant la guerre et ont été au moins partiellement contrôlées par le groupe jihadiste Etat islamique.
 La reconquête des deux quartiers par les forces progouvernementales syriennes en mai 2018 a consacré la reprise de l'ensemble de Damas par le régime. Mais des pans entiers de Hajar al-Aswad ont été complètement rasés, transformant le quartier en une jungle de bâtiments gris, sans âme.


Quelques habitants sont retournés dans les parties les moins endommagées de la ville, laissant le reste complètement inhabité. "Les zones ravagées par la guerre se sont transformées en studios. Ces zones attirent les producteurs de films", explique le co-réalisateur Rawad Chahine, qui fait partie de l'équipe de tournage syrienne. "Construire des studios similaires à ces zones coûte très cher, elles sont donc considérées comme des studios à bas prix", ajoute-t-il.



Bouillon de culture

Exposition
 
Le vernissage de l’exposition "Figures de l’abstraction" a eu lieu jeudi à la Villa des arts de Casablanca.
 Cette exposition, qui se poursuit jusqu’au 30 septembre, présente un fragment de la collection de la Fondation AL MADA qui réunit six artistes de la première génération des peintres et quatre artistes de la deuxième génération qui ont marqué l’histoire de l’art contemporain marocain, en l’occurrence Jilali Gharbaoui, Ahmed Cherkaoui, Farid Belkahia, Mohamed Chebâa, Mohamed Melehi, Miloud Labied, Mohamed Kacimi, Fouad Bellamine, Mohamed Nabili et Mohamed Hamidi.
 A travers cette exposition, le public peut découvrir des chefs d’œuvre de l’histoire picturale au Maroc.

Une histoire de la peinture marocaine qui se délimite avec netteté: avant l’Indépendance (1956), avec la période des autodidactes, et à partir des années 60, avec l’affirmation d’une entité plastique nationale.


De remarquables peintres apparaissent sur la scène culturelle dont les précurseurs sont Ahmed Cherkaoui, précurseur de la tendance du signe et qui représente incontestablement l’avant-garde, et Jilali Gharbaoui, un des premiers peintres radicalement abstraits s’adonnant à une gestuelle pure, vertigineuse et hallucinée.

 
Court-métrage

 

La deuxième édition du Festival international Leonard De Vinci du court-métrage s'est ouverte mercredi soir à la salle Bahnini de Rabat, dans une ambiance cinéphile décontractée.  Organisé par l'Association marocaine des artistes libres, en collaboration avec l’Ecole professionnelle d'audiovisuel et de graphisme (EPAG), cet événement qui se poursuit jusqu'au 23 juillet, connaît la participation d'une panoplie d’œuvres cinématographiques issues de quatre pays dont le Maroc, le Soudan, la France et la Belgique.

Cette manifestation culturelle vise à accroître les opportunités aux jeunes réalisateurs et néophytes pour embrasser le monde du 7ème art à travers le court-métrage, a affirmé Kamal Tirari, président de l'Association, ajoutant que l'EPAG a dédié des bourses d'études aux lauréats de cette édition pour poursuivre une formation encadrée par des professionnels de l'école.

Cette édition est particulière vu la participation d’œuvres cinématographiques internationales, a-t-il relevé, appelant, à cet égard, les jeunes réalisateurs marocains  à y participer.


Lu 1204 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >