Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trump positif au Covid-19

Coup de tonnerre à un mois de l'élection



Le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé vendredi, d'un tweet, qu'il avait été testé positif au Covid-19 tout comme sa femme Melania, et qu'il se mettait en quarantaine à la Maison Blanche.

Cette annonce est un véritable coup de tonnerre à un mois de l'élection présidentielle où il briguera un second mandat face au démocrate Joe Biden. Elle pose une myriade de questions sur la suite de la campagne, qui se déroule déjà dans un climat extrêmement tendu.

"Ce soir, la Première dame et moi-même avons été testés positifs au Covid-19", a tweeté le président républicain, 74 ans, qui a longtemps minimisé la menace de ce virus qui a fait plus de 207.000 morts aux EtatsUnis.

"La fin de la pandémie est en vue", avait-il affirmé lors d'une allocution pré-enregistrée diffusée jeudi soir, quelques heures avant son tweet. Selon le médecin de la Maison Blanche, le président de la première puissance mondiale devrait continuer à exercer ses fonctions normalement et restera à la Maison Blanche pendant sa "convalescence".

"Le président et la Première dame vont tous les deux bien à cette heure", a précisé le Dr Sean Conley dans un bref courrier rendu public par l'exécutif américain. "Nous allons entamer notre quarantaine et le processus de rétablissement immédiatement. Nous nous en sortirons ENSEMBLE!", a ajouté l'ancien magnat de l'immobilier.

Le 45e président de l'histoire est très critiqué pour sa gestion de l'épidémie, de la part de ses adversaires mais aussi de scientifiques et de certains élus de son propre camp. Il est accusé d'avoir manqué de compassion face aux ravages provoqués par ce virus et d'avoir envoyé des signaux contradictoires. Eloge d'un anti-paludéen dont l'efficacité contre le nouveau coronavirus n'est pas démontrée, refus obstiné pendant de longs mois de porter un masque, théories abracadabrantes sur la possible injection d'eau de Javel dans le corps humain: le président des Etats-Unis a semé la confusion.

Sondage après sondage, une très large majorité d'Américains jugent sévèrement son action sur ce front. Peu après le tweet du président annonçant le résultat de son test, la Maison Blanche a annoncé l'annulation d'un déplacement en Floride prévu vendredi pour un meeting de campagne à l'approche de l'élection du 3 novembre. Elle a en revanche maintenu une conférence téléphonique sur le Covid-19 centrée sur "le soutien aux personnes âgées vulnérables".

Quelques heures plus tôt, le locataire de la Maison Blanche avait confirmé que Hope Hicks, sa proche conseillère, avait été testée positive. Elle était à bord d'Air Force One avec le président américain lorsqu'il s'est rendu mardi à Cleveland, dans l'Ohio, pour participer au débat face à Joe Biden. Elle a également voyagé avec lui mercredi lorsqu'il a affectué un déplacement dans le Minnesota pour un meeting de campagne. Le président américain a laissé entendre que sa conseillère pourrait avoir contracté le virus au contact de soldats ou de membres des forces de l'ordre.

"C'est très, très difficile quand vous êtes avec des membres de l'armée, ou de la police, qu'ils viennent vers vous; ils veulent vous embrasser parce que nous avons vraiment fait du bon boulot pour eux", a-t-il affirmé. "Elle sait qu'il y a un risque, mais elle est jeune", a-t-il ajouté.

Les collaborateurs qui travaillent au sein de la "West Wing" sont testés quotidiennement, comme les journalistes qui se rendent sur place ou voyagent avec le président. Hope Hicks, qui avait rejoint très tôt l'équipe de campagne du magnat de l'immobilier en 2016, fait partie du cercle rapproché du président.

Après avoir occupé le poste prestigieux de directrice de la communication de la Maison Blanche, elle avait quitté un temps son poste pour rejoindre le groupe Fox, qui chapeaute la chaîne Fox news, avant de revenir sur Pennsylvania Avenue.

Quand Merkel compare les restrictions liées au virus à sa vie en RDA

Angela Merkel a confié vendredi, à la veille du 30e anniversaire de la Réunification de l'Allemagne, que les restrictions aux libertés qu'elle avait dû imposer au début de la pandémie lui rappelaient sa vie en RDA communiste. "Mon enfance et ma jeunesse étaient très présentes en moi durant cette période" de confinement, a affirmé la chancelière allemande dans un entretien au groupe de médias RND. "En mars, nous avons dû restreindre drastiquement les libertés des gens", a-t-elle rappelé. "C'étaient des restrictions graves quand j'ai dû dire aux gens qu'ils ne pouvaient circuler dans les rues qu'à deux ou entre personnes d'un même foyer, qu'aucune manifestation ne pouvait avoir lieu, que les enfants ne pouvaient plus rendre visite à leurs parents dans les maisons de retraite", a souligné la dirigeante. "Dans l'Allemagne d'après guerre, jamais encore les écoles n'avaient été fermées aussi longtemps", a poursuivi Angela Merkel qui, quoique née à Hambourg, a grandi et vécu en RDA jusqu'à la chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989. En ces temps de pandémie de nouveau coronavirus qui limite certains déplacements et manifestations, l'Allemagne célèbre discrètement samedi les 30 ans de sa Réunification. Scientifique de formation, Angela Merkel, qui fêtera elle ses quinze ans de pouvoir fin novembre, a entamé sa carrière politique dans le sillage de la chute du Mur. "Mes origines m'ont marquée, comme par exemple quand je me languissais de la liberté durant ma vie en RDA", a souligné la dirigeante conservatrice. "Jusqu'à la chute du Mur, je n'aurais jamais cru que moi vivante, l'Unité allemande deviendrait une réalité", a-t-elle encore indiqué. Quand elle est finalement advenue, "ce fut une expérience merveilleuse qui m'a appris que le changement pouvait être quelque chose de bien et qu'un changement pour le bien était possible", a souligné Mme Merkel.

Libé
Vendredi 2 Octobre 2020

Lu 597 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS