Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Trump assure qu'il va être "arrêté" mardi et appelle à des manifestations


Libé
Dimanche 19 Mars 2023

Donald Trump a assuré samedi qu'il allait être "arrêté" mardi et a appelé à des manifestations, avant une possible inculpation concernant une affaire de paiement juste avant la présidentielle de 2016, pour acheter le silence d'une actrice pornographique avec laquelle il aurait eu une liaison.

"Le candidat du parti républicain" à la primaire pour la présidentielle de 2024 "et ancien président des Etats-Unis d'Amérique va être arrêté mardi de la semaine prochaine", a lancé Donald Trump sur son réseau social Truth Social en lettres majuscules, comme il en est coutumier.

"Manifestez, reprenez notre nation!", a ajouté M. Trump, dans un message dont la tonalité rappelle ceux publiés avant l'assaut du 6 janvier 2021 contre le Capitole américain, qu'il est accusé d'avoir incité.
L'inculpation d'un ancien président américain serait inédite aux Etats-Unis.

Même si elle n'empêcherait pas Donald Trump de rester candidat à la présidence, le caractère explosif d'une telle décision judiciaire pourrait avoir des conséquences incertaines sur la campagne -- en le mettant en difficulté face à ses rivaux républicains, ou au contraire en stimulant sa base.

Sollicitée par l'AFP, l'une des avocates de Donald Trump, Susan Necheles, a répondu que son client avait décidé de s'exprimer "sur la base d'informations de presse" publiées depuis quelques jours sur une possible inculpation la semaine prochaine.

"Comme il s'agit d'une poursuite politique, le bureau du procureur du district (de Manhattan, ndlr) a recours à des fuites à la presse plutôt que de communiquer avec les avocats du président Trump comme cela devrait être le cas normalement", a dénoncé Mme Necheles.

Les rumeurs sur une éventuelle inculpation au pénal se sont multipliées depuis que M. Trump a été invité à témoigner devant un grand jury -- un panel de citoyens doté de larges pouvoirs d'enquête et chargé d'entériner une mise en examen. Un signe possible de la volonté du parquet de poursuivre l'ancien président dans l'affaire dite "Stormy Daniels".

En cause, 130.000 dollars versés à cette actrice et réalisatrice de films pornographiques, Stephanie Clifford de son vrai nom, pour -- accuse la justice new-yorkaise -- acheter son silence et ainsi ne pas porter préjudice au candidat Trump lors de la présidentielle de novembre 2016, finalement remportée par le milliardaire républicain contre Hillary Clinton.

Le versement de cette somme, en soi légal, pose problème car le parquet de New York considère qu'il s'agit d'un don dissimulé à la campagne du président, en violation des lois de financement électoral.

Quelques heures après sa première publication samedi, Donald Trump a renouvelé son appel: "Il faut sauver l'Amérique, manifestez, manifestez, manifestez!!!"

Ces messages font écho à celui qu'il avait lancé fin 2020, convaincu qu'il s'était fait "voler" l'élection face à Joe Biden, pour que ses partisans manifestent à Washington le 6 janvier 2021, prélude à leur assaut contre le Capitole américain, siège du pouvoir législatif, qui avait choqué l'Amérique et le monde.

Banni de Twitter et d'autres grands réseaux sociaux dans la foulée de ce qui avait été perçu comme une incitation à la violence, il a récemment été réintégré au réseau à l'oiseau bleu, ainsi qu'à Youtube et Facebook.
 
"L'annonce de l'ancien président ce matin est dangereuse", a taclé la démocrate Nancy Pelosi, qui présidait la Chambre des représentants au moment de l'attaque contre le Capitole. Elle l'a accusé de vouloir "continuer à faire les gros titres et provoquer ses partisans".

Donald Trump, qui tiendra un meeting samedi prochain à Waco, au Texas, a qualifié sur Truth Social les services du procureur de Manhattan, le démocrate Alvin Bragg, de "corrompus et très politiques".

Et le président républicain de la Chambre, Kevin McCarthy, a dénoncé sur Twitter un "abus de pouvoir scandaleux par un procureur de district extrémiste qui laisse courir des criminels violents tout en voulant assouvir une vengeance politique contre le président Trump".
Visé dans plusieurs affaires judiciaires, l'ancien président républicain (2017-2021) n'a encore jamais été inculpé.

C'est son ancien avocat personnel Michael Cohen, devenu l'un de ses pires ennemis, qui s'était chargé d'effectuer le versement des 130.000 dollars à Mme Clifford pour qu'elle taise cette supposée relation de 2006 avec Donald Trump. Déjà condamné dans cette affaire, M. Cohen a témoigné au moins à deux reprises devant le grand jury la semaine dernière.

Le milliardaire Elon Musk, qui a permis la réintégration de l'ancien président sur Twitter, a quant à lui estimé samedi qu'en cas d'arrestation, "Trump sera(it) réélu dans une victoire écrasante" en novembre 2024.


Lu 2025 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p