Tomber de rideau sur la 18ème édition du FICM d'Agadir


Libé
Dimanche 19 Juin 2022

Le Festival international cinéma et migrations (FICM) d'Agadir a clôturé, samedi soir, en beauté sa 18ème édition dans une ambiance joviale et conviviale.


Cette cérémonie de clôture, qui s'est déroulée au cinéma Rialto, a été marquée par la projection d'une vidéo reprenant les moments saillants de cette édition.


Dans un mot à cette occasion, Driss Moubarik, président de l'Association "Initiatives culturelles", initiatrice du FICM, a indiqué que cette édition a été ponctuée par la tenue de plusieurs activités littéraires et cinématographiques dans les salles de cinéma "Rialto" et "Sahara", en marge des projections des films en lice.


Lors de cette soirée, l'actrice Majdouline Idrissi s'est vu décerner un prix en hommage à son parcours artistique dans le monde du septième art.
 Très émue par cet hommage, l'actrice marocaine a souligné que le cinéma sur grand écran est sa source de bonheur, ajoutant qu'elle lui consacrera dorénavant ses apparitions.


Concernant le palmarès de cette 18ème édition, le Prix du jeune public, un moyen de développer l'esprit critique cinématographique, a été attribué au film français "Le Grand Gaillard" de Samir Harrag.


Le Prix du court-métrage a été décerné, lui, au film "Una nuova prospettiva", alors que le Prix de la meilleure interprétation masculine est revenu à Nabil Mallat pour son rôle dans le film "Cool Abdoul".


Le Prix de la meilleure interprétation féminine a été remporté par l'actrice et réalisatrice, Maïwenn Le Besco, pour son rôle dans le film "Soeurs". 
Le Prix du scénario a été attribué à "Bas Devos" pour le film "Ghost Tropic", alors que celui de la réalisation a été remporté par le film "Soeurs" de Yamna Benguigui.


Quant au Grand prix du FICM, il a été décerné par le jury des longs métrages à "Oscar et Lily" du réalisateur Arash T. Riahi.
 Cette 18ème édition du FICM d'Agadir, suspendue à cause de la pandémie de Covid-19, a repris cette année des couleurs.

Cette manifestation cinématographique vient confirmer, si besoin est, la place de choix de la culture dans la capitale du Souss et sa contribution à la dynamique et à l'animation culturelle et artistique que connaît le Maroc. 


 



Lu 1699 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.