Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tant d’efforts à consentir pour l’intégration de la personne handicapée




Comme chaque 30 mars, de chaque année, le Royaume qui compte actuellement quelque 2.264.672 personnes en situation de handicap selon les chiffres officiels, célèbre la Journée nationale des personnes handicapées. Cette journée qui a été instaurée par feu Hassan II en 1996, est considérée comme une journée de mobilisation en faveur des droits des personnes handicapées.
Une occasion pour mieux faire connaître la question du handicap et de sensibiliser davantage aux droits de cette frange de la société dont le taux de prévalence du handicap chez les femmes est de 6,8% contre 6,7% chez les hommes, alors que ce taux s’est élevé à 6,99% en milieu rural contre 6,66% en milieu urbain. C’est aussi l’opportunité en ce jour, de mesurer l’ancrage populaire du Marocain dans la réalité sociale des handicapés souvent victimes d’exclusion sociale ou pour le moins marginalisés et de mettre en avant la question du respect de leurs droits.
En proie à des préjugés et discrimination dans leurs faits au quotidien, la situation des personnes en situation de handicap physique et mental au Maroc, non seulement demeure précaire quant à l'accès à l'éducation et au travail mais, plus que tout, à une couverture sociale pratiquement inexistante ou  du moins ne profite qu’à une minorité.
En effet, leurs besoins sociaux restent énormes au regard d’une société qui n’intègre que trop peu la préoccupation du handicap dans son fonctionnement quotidien, dans les services et l’accueil ainsi que les structures qu’elle propose quant à cette question. Aux nombreux obstacles liés à l’intégration s’ajoute un problème et non des moindres, celui de la mobilité.
Dans la vie de tous les jours la réalité est déjà amère dans leur environnement familier alors que dire dès lors qu’il s’agit de l’accès à des services publics les plus communs souvent pas ou peu équipés, d’où une abondance de difficultés souvent infranchissables.
Certes, çà et là on constate quelques menus progrès susceptibles de contribuer à créer un léger mieux dans l’organisation de leur vie en société mais les préoccupations demeurent. La situation est largement insuffisante par rapport à des besoins et le combat est des plus acharnés afin d’avoir accès aux droits dont dispose l’ensemble des citoyens. Or, malheureusement l’appareillage environnemental est incontestablement conçu et pensé en fonction des personnes valides sans aucune considération pour cette catégorie de citoyens.
D’un autre côté, ces personnes qui en plus de leur situation de handicap sont les premières à être confrontées à un manque  d’une activité professionnelle source de survie, d’autonomie, de reconnaissance au sein de leur famille et de leur communauté alors que notre Constitution leur garantit la sauvegarde de leurs droits. Ils doivent aussi faire face à d’autres inquiétudes telle la protection sociale en raison du fort taux de chômage qui les touche. L’emploi indéniablement joue un rôle essentiel d’intégration dans la société, a fortiori pour les personnes handicapées. Combien sont-elles à exercer une activité professionnelle en milieu dit «ordinaire» et quand c’est le cas, est-il cependant adapté ? Les conditions de travail mises à disposition de ces personnes sont souvent loin d’être les meilleures, il faut le reconnaître.
Aussi et devant ce pan d’état de fait, bien des améliorations spécifiques sont à envisager pour un avenir décent, comme celui de développer la qualité des services de proximité. Des efforts sont en outre à porter de manière globale quant à des initiatives législatives et sociales afin de faire progresser l’intégration de la personne handicapée dans la vie quotidienne.

Mohamed Jaouad Kanabi
Samedi 31 Mars 2018

Lu 664 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés