Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Surcharge et mauvais arrimage ou l’autre danger sur nos routes

La saison d’été facteur aggravant du phénomène




Nous n’en sommes pas encore au chassé-croisé sur nos routes entre juilletistes et aoûtiens, mais en cette fin de Ramadan qui s’apparente au début des vacances d’été, il va falloir s’attendre quand même à des journées de grande affluence. Bien plus concernés que les locaux, les RME qui affectionnent particulièrement l’idée de fêter l’Aïd el Fitr au pays avec leurs proches et de prolonger leur séjour en vacances d’été, vont devoir braver les aléas des routes et autoroutes enfin, des distances à partir de l’Europe ou près de 80% de la communauté marocaine est établie (France, Espagne, Italie, Belgique, Allemagne, Pays-Bas…).
Ils vont donc regagner le Royaume, chargés de bagages bien que la tendance s’estompe, en faisant fi parfois des réglementations en vigueur sur les autoroutes et routes européennes. Les nombreux véhicules beaucoup trop chargés, au demeurant facilement reconnaissables et communément appelés voitures-chameaux, sont généralement les principales cibles des autorités gérant la circulation du Vieux Continent. Le conducteur encourra, si infraction constatée après pesage du véhicule, une forte amende et sera contraint à un délestage du surplus de bagages ou carrément à l’immobilisation de son véhicule.
C’est que la surcharge est un véritable danger et parfois elle ne s’arrête pas qu’aux seuls bagages, le transport de passagers en plus de celui autorisé, venant y ajouter de son poids, la voiture ou la camionnette incriminées n’en deviennent alors que péril public. Remplir au maximum son véhicule n’est pas sans conséquences, et ce même en adaptant au mieux sa conduite. La présence d’une surcharge allonge les distances de freinage, les pneus peuvent éclater et plus forte devient la sensibilité au vent, ce qui rend le véhicule plus difficile à manier. Pour celui dit, utilitaire léger en plus du poids transporté, l’arrimage est essentiel à sa sécurité de circulation. Pour ce qui est de la légalité, il faut savoir que surcharge et arrimage non conforme sont des facteurs aggravants lors d'un accident.
Souvent les vacances finissent bien avant que d’avoir commencé comme ce quinquagénaire en partance au Royaume via Sète et dont le permis marocain n’a jamais été validé en France depuis une vingtaine d’années et roulant dans une automobile dont la pesée affichait, lors d’un contrôle, un embonpoint du double du maximum autorisé. Le sésame des routes retiré, in fine, en guise de virée au bled, il se résigna, contraint et malheureux à rentrer à son domicile résidentiel dans la capitale française.
Mais ces problèmes ne sont pas propres qu’à nos compatriotes expatriés de retour sur le sol national pour la saison d’été, sur les routes marocaines, il est de coutume de croiser véhicules locaux en surpoids et mal arrimés, un fait toléré malheureusement et souvent impuni. Certes ils sont quelques rares pesons sur des aires de péage de contrôle réservés surtout aux poids lourds mais qu’à cela ne tienne, la circulation sur nos voies publiques leur reste libre et sans contrainte, d’où l’état de nos routes, défectueux, dont on se rend compte dès lors que l’on serre à droite.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 12 Juin 2018

Lu 773 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés