Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay

L’ex-milicien du Polisario a trouvé la mort dans d’étranges circonstances




Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction  en justice des  assassins de Omar Ould Anay
Depuis que le Polisario existe, les dirigeants de cette organisation ont toujours, sur simple dénonciation souvent sans fondement, tué, kidnappé, séquestré et torturé des Sahraouis, sans avoir à rendre compte. Mais ces dernières années, avec la généralisation et la rapidité de l’information, du Net et des réseaux sociaux de communication, d’une part et du semblant  d’ouverture que connaissent les camps de Tindouf, les langues commencent à se délier et les populations de ces camps ne ratent aucune occasion pour demander des comptes à leurs bourreaux tant algériens que sahraouis.  
L’affaire de l’ex- milicien du Polisario, Omar Ould Anay, décédé la semaine dernière dans des conditions non encore élucidées, est la dernière des ces occasions saisies par sa famille et ses amis pour organiser un sit-in de protestation devant le siège du prétendu «ministère de la Défense» situé au camp Rabouni. 
Et comme les temps ont bien changé, pendant ce sit-in, les manifestants  ont demandé de faire toute la lumière sur cette question et de poursuivre en justice les «responsables» de la mort du Sahraoui.
Des appels qui, visiblement, n’ont pas eu d’échos auprès de la direction  du mouvement  qui ne tient compte ni des changements ni de l’évolution que vivent les habitants des camps et qui continue, comme par le passé, à observer le silence sur cette affaire.
Avant de rejoindre les milices du Polisario, Omar Ould Anay avait travaillé dans le prétendu corps de la police du Front Polisario. Il est décédé début janvier dans des conditions non encore élucidées, et qui ne le seront, peut-être jamais comme tant d’autres décès. Pour ses parents, la mort  d’Omar est due à une négligence tant de la part de ses chefs qui ne lui ont pas fourni un moyen de transport, que  de la part du corps médical ayant le jeune homme comme patient. Les parents d’Omar comparant son décès à celui du jeune Algérien dans un puits devant l’incapacité des secouristes de le sauver. Ce qui avait provoqué le limogeage du wali de la région où il est mort.
Les manifestants sahraouis réclament au moins les mêmes sanctions pour les responsables ayant négligé Omar tombé malade alors qu’il était en service. Mais comme il n’appartenait pas aux familles dirigeantes, personne ne s’en était préoccupé, ce qui a obligé ses parents à affréter un véhicule de transport de passagers pour le conduire au centre hospitalier le plus proche où il avait été négligé jusqu’à ce que mort s’ensuive.
Alors que le jeune Omar agonisait, les dirigeants du Polisario se chamaillaient pour le partage des dotations de carburant.
A noter que le parrain algérien du Polisario lui octroie une dotation mensuelle de carburant de 300 tonnes. Cette quantité suffirait à tous les camps si elle était répartie équitablement entre les habitants. C’est, malheureusement loin d’être le cas. Ce sont les dirigeants cupides qui se partagent et vendent, au triple de leur prix, ces quantités. 
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 21 Janvier 2019

Lu 730 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com