Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Séoul dépêche au Nord ses émissaires pour favoriser un dialogue avec Washington


La Corée du Nord menace de contrer les Etats-Unis en cas de manœuvres militaires au Sud



Une équipe d'émissaires spéciaux sud-coréenne, dont le patron de l'espionnage, pour discuter des moyens de favoriser le dialogue entre Pyongyang et Washington sur les armes nucléaires, est attendue aujourd’hui en Corée du Nord. 
Cette annonce faite dimanche par la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne, constitue le dernier épisode en date du rapprochement remarquable entre les deux Corées occasionné par les jeux Olympiques d'hiver.
Les JO de Pyeongchang qui se sont achevés le 25 février ont été marqués entre autres par un défilé des deux Corées sous la bannière de l'unification.
Mais le point d'orgue de l'offensive de charme nord-coréenne fut la venue au Sud de Kim Yo Jong, sœur cadette du dirigeant Kim Jong Un -- première visite d'un membre de la dynastie régnante de Pyongyang depuis la fin de la guerre de Corée en 1953.
M. Moon a cherché à se servir des JO pour ouvrir le dialogue entre le Nord et Washington dans l'espoir d'apaiser les inquiétudes alimentées par les programmes nucléaire et balistique nord-coréens.
La délégation attendue aujourd’hui  après-midi comptera dix membres, dont Suh Hoon, le chef du Service du renseignement de Corée du Sud (NIS), a déclaré à la presse le porte-parole du président Yoon Young-chan. Elle sera dirigée par le conseiller de M. Moon à la sécurité nationale Chung Eui-Yong.
"Les délégués spéciaux auront des discussions intensives sur des questions (...) comme la création d'un dialogue entre le Nord et les Etats-Unis en vue de la dénucléarisation de la péninsule coréenne et l'amélioration des relations intercoréennes", a dit le porte-parole.
Les tensions sur la péninsule ont atteint des sommets en 2017. Le Nord a tiré des missiles capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis et mené son plus puissant essai nucléaire à ce jour tandis que le président américain Donald Trump et M. Kim échangeaient insultes personnelles et menaces apocalyptiques.
La délégation, qui comptera aussi Chun Hae-sung, vice-ministre de l'Unification de Séoul, doit rentrer mardi à Séoul après avoir rencontré "des responsables nord-coréens de haut niveau".
Elle se rendra plus tard à Washington pour y rendre compte de son voyage, a précisé M. Chung.
Suh Hoon est un vétéran des relations avec la Corée du Nord. Il avait joué un rôle de premier plan dans les négociations qui avaient débouché sur des sommets intercoréens en 2000 et 2007. M. Moon, partisan de longue date du dialogue avec le Nord, a exhorté il y a peu les Etats-Unis à "abaisser leur niveau d'exigence" pour ouvrir les discussions avec Pyongyang.
Mais la Maison Blanche a répété que le Nord devait au préalable prendre des mesures concrètes en vue de la dénucléarisation.
Les Etats-Unis viennent en outre d'imposer de nouvelles sanctions unilatérales au Nord, les plus dures à ce jour d'après M. Trump.
Un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a appelé Washington à renoncer à toute condition préalable.
"Les Etats-Unis se conduisent de manière grotesque en continuant de soutenir avec insistance qu'il n'y aura pas de dialogue si les conditions ne sont pas réunies", a déclaré samedi ce porte-parole cité par l'agence officielle KCNA.
Le Nord répète depuis longtemps qu'il n'a aucune intention de renoncer à l'arme atomique, "l'épée chérie" dont il dit avoir besoin pour se défendre contre le risque d'invasion américaine.
Pendant sa visite au Sud, Kim Yo Jong avait transmis à M. Moon une invitation de son frère à un sommet à Pyongyang. Le président sud-coréen s'était cependant abstenu de répondre tout de suite, expliquant qu'il fallait d'abord mettre en place les bonnes "conditions" pour le dialogue et évoquant un geste envers la dénucléarisation. La Corée du Nord a brandi samedi la menace de "contrer les Etats-Unis" si l'armée américaine procède à des exercices militaires communs avec la Corée du Sud.
Ces manœuvres communes doivent commencer début avril, selon un conseiller à la sécurité de la présidence sud-coréenne cité cette semaine par l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.
"Si les Etats-Unis finissent par organiser ces exercices militaires communs tout en maintenant des sanctions contre la République populaire démocratique de Corée, la RPDC contrera les Etats-Unis à sa façon et les Etats-Unis porteront l'entière responsabilité de toutes les conséquences qui pourraient suivre", écrit l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

Libé
Lundi 5 Mars 2018

Lu 502 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés