Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Scandale après la nomination de Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS


Un choix qui contredit les idéaux de l’ONU



L'Organisation mondiale de la santé a invoqué samedi les efforts du Zimbabwe contre le tabac et contre les maladies non transmissibles pour justifier la nomination du président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS, qui fait de plus en plus scandale dans le monde.
L'organisation spécialisée de l'ONU, dirigée depuis juillet par l'ancien ministre éthiopien de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait demandé à Mugabe, 93 ans, de servir comme ambassadeur de bonne volonté pour aider à lutter contre les maladies non transmissibles comme les attaques cardiaques et l'asthme en Afrique.
Sa nomination cette semaine a suscité de la confusion et de la colère chez les militants qui insistent sur le fait que le système de santé du Zimbabwe, comme beaucoup de ses services publics, s'est effondré sous le régime autoritaire de Mugabe.
La Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale, s'est jointe samedi aux critiques, qualifiant la décision de l'OMS de "surprenante et décevante, en particulier à la lumière des sanctions des Etats-Unis et de l'UE contre lui".
"Nous avons communiqué nos préoccupations auprès du directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus", a écrit un porte-parole du Foreigne Office dans un courriel.
"La nomination (de Mugabe) risque de cacher le travail effectué dans le monde par l'OMS sur les maladies non transmissibles".
Le militant zimbabwéen et avocat des droits de l'Homme, Doug Coltart, a écrit sur Twitter : "Un homme qui prend l'avion pour Singapour pour un traitement médical parce qu'il a détruit le système médical du Zimbabwe est l'ambassadeur de bonne volonté de l'OMS".
Le système de santé au Zimbabwe, comme beaucoup d'autres services publics, s'est effondré sous le régime autoritaire et répressif de Mugabe. La plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d'équipements, les infirmières et les médecins sont régulièrement laissés sans salaires.
"Nommer Mugabe ambassadeur de bonne volonté est gênant pour l'OMS et le docteur Tedros,", a tweetté Iain Levine, l'un des directeurs de l'ONG Human Rights Watch.
Le principal parti d'opposition, le MDC, a estimé que cette nomination était "risible".
"Le système de santé du Zimbabwe est dans un état chaotique, c'est une insulte", a déclaré à l'AFP son porte-parole, Obert Gutu. "Mugabe a cassé notre système de santé. Lui et sa famille vont à Singapour se faire soigner après avoir laissé nos hôpitaux publics s'effondrer".
Pour leur part, les Etats-Unis ont dénoncé samedi cette nomination et indiqué qu’elle "contredit les idéaux de l'ONU". 
"Le gouvernement américain a imposé des sanctions contre le président Mugabe en raison de crimes contre son peuple et de la menace qu'il représente pour la paix et la stabilité. Cette nomination contredit clairement les idéaux des Nations unies de respect des droits de l'Homme et de la dignité humaine", a affirmé à l'AFP le département d'Etat américain.
Mugabe, au pouvoir depuis 1980, a une santé de plus en plus fragile et se rend souvent à l'étranger pour des soins.

Libé
Lundi 23 Octobre 2017

Lu 657 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés