Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saïd Taghmaoui boudé par le cinéma français




Saïd Taghmaoui boudé par le cinéma français
Révélé en 1995 dans La Haine de Mathieu Kassovitz, Saïd Taghmaoui se fait très rare en France. A 44 ans, le comédien poursuit désormais sa carrière aux Etats-Unis où il vit un rêve éveillé sur les tournages des plus grosses productions américaines comme «G.I. Joe - le réveil du cobra», «Batman vs Superman : L’Aube de la justice» ou encore «Wonder Woman».
Malgré tout, Saïd Taghmaoui a un regret : ne pas avoir pu poursuivre sa carrière dans le cinéma français. De parents marocains et issu d’une cité à Aulnay-sous-Bois, le comédien a l'impression d'avoir été boudé en raison de ses origines. Dans une interview accordée à Yahoo, il a expliqué que dans le casting de «La Haine», seul Vincent Cassel avait la chance de poursuivre son chemin. «Vincent Cassel est le fils de Jean-Pierre Cassel, qui était une vraie star de cinéma. Et on sait à quel point ça peut aider dans la vie, avec tout le respect que j’ai pour Vincent Cassel et son talent d’acteur et sa carrière. Ce ne sont pas les mêmes départs», a-t-il confié. «Je n’ai pas eu de propositions dignes d’un acteur qui avait fait un succès au cinéma et qui parlait de la réalité sociale française avec une grande vérité et une grande honnêteté», s'est désolé Saïd Taghmaoui. Regrettant certains clichés qui prédominent dans le cinéma français, Saïd Taghmaoui s'interroge: «Pourquoi ne peut-on pas être Omar Sharif et être un acteur qui vend du glamour, du rêve comme tout le monde ? Pourquoi faut-il une forme de handicap en permanence ? Je pense que le talent n’a pas de forme, il n’a pas de couleur ni d’origine».
Alors qu’il aurait «adoré» faire carrière en France, Saïd Taghmaoui a donc préféré ne pas perdre de temps et s’installer à Los Angeles. «J’ai été apprendre une langue et une autre culture. J’ai été recommencer tout à zéro», a déclaré le comédien. Ironie de l’histoire, il a avoué recevoir désormais «beaucoup de propositions» en France, mais il «attend de faire les bons trucs».

Mercredi 4 Avril 2018

Lu 1434 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif