Saâd Chraïbi retrace l’histoire et la mémoire du cinéma marocain

Présentation, en marge du 27ème FCMT, de “Fragments de mémoire cinématographique ”


DNES : Mehdi Ouassat
Vendredi 17 Juin 2022

Saâd Chraïbi retrace l’histoire et la mémoire du cinéma marocain
Le cinéaste et producteur Saâd Chraïbi a présenté, mercredi en marge du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, son premier livre «Fragments de mémoire cinématographique» qui retrace 50 ans de coulisses et d’histoire du cinéma marocain.

Pour les cinéphiles, le cinéma marocain n’aura aucun secret. Toute la culture cinématographique est relatée dans cet ouvrage qui évoque les Festivals de cinéma, la Fédération nationale des cinéclubs, le Centre cinématographique marocain, les organismes professionnels, la critique de cinéma dans notre pays et qui contient également des textes de réflexions sur l’outil et le langage cinématographique.

Saâd Chraïbi n’oublie pas de rendre hommage aux vétérans de cet art à travers des témoignages on ne peut plus sincères, qui révèlent aux lecteurs les qualités humaines et artistiques non seulement des personnalités faisant l’objet de témoignages, mais également celles de leur auteur. 

Ceux qui cherchent à comprendre l’histoire du cinéma marocain trouveront dans ces pages lucides, sans prétention intellectualiste, une remarquable fenêtre sur le monde du cinéma au Maroc, renforçant l’envie de penser, de connaître et d’en comprendre les rouages.

Ce qui a poussé le réalisateur à se lancer dans cette nouvelle aventure, c’est la prise de conscience d’une réalité amère. Celle de la pauvreté des archives cinématographiques au Maroc.  Lorsqu’il préparait ses films, il se heurtait souvent à cette réalité. «C’est là que j’ai réalisé que je pouvais contribuer pour changer cette situation», explique-t-il. «Les générations actuelles ont le droit de disposer d’un petit écrit qui relate les coulisses du cinéma marocain et ses principales étapes», souligne l’auteur. Et d’ajouter : «En écrivant ce livre, ma volonté première était de transmettre la mémoire du 7ème art marocain à travers mes propres souvenirs».

Saâd Chraïbi explique, dans ce sens, que certaines parties de son livre remontent à une trentaine d’années. «Les premiers textes de l’ouvrage datent du début des années 90. Depuis toujours, à chaque fois qu’il y avait un fait important ou que je constatais quelque chose d’intéressant dans le monde du cinéma au Maroc, j’écrivais», dit-il. «Cela m’a beaucoup aidé», estime l’auteur du film «Les trois grands-mères», sur la coexistence entre juifs, chrétiens et musulmans.

Pour l’écrivain Mohamed Sof, «il ne s’agit pas d’un livre de chevet qu’on lit et qu’on classe». «C’est bel et bien un outil de travail pour les étudiants des écoles de cinéma. C’est aussi une matière à réflexion pour les critiques et les professionnels de l’image. Il donne une nouvelle portée à la critique.», témoigne-t-il.

DNES : Mehdi Ouassat


Lu 835 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.