Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SIEL 2019 : L'Institut français consacre une riche programmation culturelle au continent africain

Une occasion de décliner l'idée d'une mondialité positive




L'Institut français consacrera, à l'occasion de la 25ème édition du Salon international de l'édition et du livre (SIEL) à Casablanca (7-17 février), une riche programmation culturelle au continent africain. "Nous souhaitons offrir cette année au SIEL un panorama actualisé des relations qui lient l'Afrique de part et d'autre du Sahara, au travers du livre sous toutes ses formes: romans, essais, jeunesse, beaux-arts, bande dessinée...", lit-on dans un communiqué de l'Institut français au Maroc. Le Salon sera l'occasion de réunir les auteurs de la nouvelle pensée critique africaine qui a émergé ces dernières années sur le continent et dans ses diasporas et dont certains titres ont été traduits en arabe pour l'occasion. Achille Mbembe, Felwine Sarr et Souleymane Bachir Diagne revisitent ainsi les représentations qui sont attachées au continent africain et s'engagent dans le décloisonnement de ses frontières internes, interrogent les sciences sociales appliquées à l'Afrique et œuvrent à la diffusion d'une pensée africaine sur le continent. Partant de cette pensée critique africaine, le Salon se veut l'occasion de décliner l'idée d'une mondialité positive, celle promue par Edouard Glissant à travers l'expression "tout monde" dans les différents registres narratifs en littérature, en histoire, en poésie ou en art.
Comment réécrire l'histoire du continent sans y inclure pleinement le Maghreb? se demandent ainsi les historiens invités, Benjamin Stora ou Bertrand Hirsch, qui font le constat d'un héritage commun, souligne le communiqué, notant que les pistes et les objets du commerce transsaharien, la pluralité des langues, le métissage des écritures, l'ancienneté d'un islam confrérique à travers le continent, les résistances aux colonisations, le rôle ambivalent dans la mondialisation, "tout pousse à hâter le travail en commun et à retrouver la place centrale de l'Afrique dans le monde et la modernité".
Dans le domaine artistique, l'exposition d'art contemporain Africa remix (2005), conçue par Simon Njami, manifestation d'envergure internationale des écritures contemporaines qui a regroupé 83 artistes de toute l'Afrique, illustre parfaitement ce regain de créativité africaine.
Enfin, les conteurs, illustrateurs, auteurs de bandes dessinées et artistes donnent aussi à voir et entendre le foisonnement culturel qu'inspire et vit le continent. Au programme figure aussi un hommage posthume à Paul Otchakovsky Laurens (P.O.L), un immense éditeur disparu en janvier dernier alors qu'il était attendu au Salon de Casablanca pour présenter son fil "éditeur". Faire connaître sa maison et ses auteurs au Maroc semble être la meilleure façon de rendre hommage à son travail de découvreur d'une littérature d'avant-garde originale. Son parcours sera ainsi évoqué avec ses collaborateurs et quelques-uns de ses auteurs, a fait savoir l'Institut français.

A.A
Samedi 2 Février 2019

Lu 925 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif