Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

S.M le Roi reçoit le nouveau gouvernement et préside un Conseil des ministres

Le nombre des portefeuilles réduit à vingt trois




Sa Majesté le Roi Mohammed VI a reçu mercredi 10 Safar 1441 H, correspondant au 09 octobre 2019, à la Salle du Trône au Palais Royal de Rabat, le chef du gouvernement et les membres du gouvernement dans sa nouvelle mouture après restructuration de l'architecture gouvernementale.
Il s’agit de :
-  Saad Dine El Otmani : chef du gouvernement ;
- Mustapha Ramid : ministre d'État chargé des droits de l'Homme et des Relations avec le Parlement;
- Abdelouafi Laftit: ministre de l'Intérieur;
- Nasser Bourita: ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger;
- Mohamed Benabdelkader: ministre de la Justice;
- Ahmed Toufiq: ministre des Habous et des Affaires islamiques;
- Mohammed Hajoui: Secrétaire général du gouvernement;
- Mohamed Benchaaboun: ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration;
- Aziz Akhannouch: ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l'Eau et des Forêts;
- Said Amzazi: ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique;
- Khalid Ait Taleb: ministre de la Santé;
- Moulay Hafid Elalamy: ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Economie verte et numérique;
- Abdelkader Amara: ministre de l'Equipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau;
- Nezha Bouchareb: ministre de l'Aménagement du territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville;
- Nadia Fettah Alaoui: ministre du Tourisme, de l'Artisanat, du Transport aérien et de l'Economie sociale;
- Aziz Rebbah: ministre de l’Energie, des Mines et de l'Environnement;
- Mohamed Amkraz: ministre du Travail et de l'Insertion professionnelle;
- El Hassan Abyaba: ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, porte-parole du gouvernement;
- Jamila El Moussali: ministre de la Solidarité, du Développement social, de l'Egalite et de la Famille;
- Abdellatif Loudiyi: ministre délégué auprès du chef du gouvernement, chargé de l'Administration de la Défense nationale;
- Noureddine Boutayeb: ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur;
- Mohcine Jazouli: ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger;
- Nezha El Ouafi: ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, chargée des Marocains résidant à l'étranger;
- Driss Ouaouicha: ministre délégué auprès du ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique;
Par la suite, les nouveaux ministres ont prêté serment devant Sa Majesté le Roi.
Cette audience s’est déroulée en présence du chambellan de Sa Majesté le Roi, Sidi Mohammed El Alaoui.
A cette occasion, Sa Majesté le Roi a posé pour une photo-souvenir avec les membres du gouvernement.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a, par ailleurs,  présidé, mercredi au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres consacré à la présentation des orientations générales du projet de loi de Finances au titre de l'année 2020 et à l'adoption de plusieurs conventions internationales, indique un communiqué dont lecture a été donnée par le porte-parole officiel du Palais Royal, Abdelhak Lamrini.
En voici la traduction :.
"Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a présidé, mercredi 09 octobre 2019 au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres au cours duquel ont été présentées les orientations générales du projet de loi de Finances au titre de l'année 2020 et adoptées plusieurs conventions internationales.
Au début des travaux du Conseil, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, a présenté, devant Sa Majesté le Roi, un exposé sur les orientations générales du projet de loi de Finances pour l’année prochaine.
Ce projet, élaboré sur la base des orientations de Sa Majesté le Roi contenues dans les discours Royaux, s’appuie sur quatre priorités majeures:
- Premièrement : La mise en oeuvre effective de la loi cadre relative à la réforme du système d’éducation et de formation, en tant que base pour réduire les disparités, consacrer le principe de l’égalité des chances, renforcer le soutien social à la scolarisation et mettre en application la feuille de route relative au développement de la formation professionnelle, particulièrement en ce qui concerne la création des Cités régionales des compétences et des métiers et la modernisation des curricula à travers la formation par alternance et la formation par apprentissage, ainsi que l’adéquation et le développement de l'esprit d'entrepreneuriat, notamment chez les jeunes travaillant dans le secteur informel.
- Deuxièmement: La mise en place des mécanismes de protection sociale, le soutien de la classe moyenne et le renforcement du ciblage des catégories démunies: à travers l'amélioration et la généralisation des services médicaux, l'élargissement de la couverture médicale, et l'opérationnalisation de l'assurance maladie, ainsi que la mise en œuvre des engagements du dialogue social, l'amélioration du ciblage des catégories en situation de précarité, le développement progressif des aides directes dont elles bénéficient, l'accélération de la mise en œuvre du programme de lutte contre les disparités territoriales et sociales en milieu rural, et l'accompagnement de la troisième phase de l'Initiative nationale pour le développement humain.
- Troisièmement : L'accélération de la mise en œuvre de la régionalisation, en tant que vecteur essentiel pour remédier aux disparités territoriales et réaliser l’équilibre escompté entre l'effort de développement général et les spécificités de chaque région, à travers l’augmentation des ressources des régions et l'accélération de la mise en œuvre de la Charte de déconcentration administrative.
- Quatrièmement : Imprimer une nouvelle dynamique à l'investissement et au soutien de l'entreprise : en mettant l’accent sur la mise en œuvre des recommandations des troisièmes assises nationales sur la fiscalité, la poursuite de la liquidation de la dette relative à la taxe sur la valeur ajoutée, la réduction des délais de paiement, en plus de la création d’un Fonds de promotion et de soutien financier aux petites, très petites et moyennes entreprises.
Dans le cadre du raffermissement des relations d'amitié et de coopération qui lient le Maroc à plusieurs pays frères et amis et dans le respect des engagements régionaux du Royaume, le Conseil des ministres a adopté neuf conventions internationales bilatérales et multilatérales, appuyées par des lois.
Les conventions bilatérales concernent en particulier la coopération économique en matière de non-double imposition et de facilitation de l'investissement, la coopération judiciaire dans le domaine pénal, ainsi que la coopération en matière de défense.
Quant aux conventions multilatérales, elles portent sur le protocole annexe à l'acte constitutif de l'Union africaine relatif au Parlement africain, ainsi que la coopération douanière arabe".

Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement répond aux critères d'efficience et de compétences

Le gouvernement de Sa Majesté le Roi dans sa nouvelle mouture répond aux critères d'efficience et de compétences, eu égard à sa structure, à l'organisation de ses départements et à la présence de femmes et de jeunes dans sa composition, a affirmé, mercredi à Rabat, le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.
Dans une déclaration à la presse après l'audience accordée par S.M le Roi Mohammed VI aux membres de ce gouvernement, Saâd Dine El Otmani a relevé que le gouvernement dans sa nouvelle mouture répond aux critères sur lesquels a insisté le Souverain dans le discours du Trône de juillet 2019, notamment en ce qui a trait à l'intégration de nouvelles compétences et la prise en compte de la présence des femmes et des jeunes.
Il a relevé que l’opération de rajeunissement s'avère nécessaire non seulement en ce qui concerne les hautes fonctions, mais aussi au niveau du gouvernement.  
Le nombre des membres du gouvernement dans sa nouvelle mouture a été réduit de 39 à 23, a indiqué Saâd Dine El Otmani, soulignant que l'efficience de ce gouvernement dans sa nouvelle mouture se manifeste à travers le regroupement de certains départements ministériels, ainsi que par le rôle qui sera dévolu au chef du gouvernement en matière de coordination entre ces départements pour assurer davantage de convergence et de cohésion entre les différentes politiques publiques.

Mustapha Sehimi : L’Exécutif doit accélérer les réformes en cours

Le gouvernement dans sa nouvelle mouture se doit d'accélérer les réformes, en cours ou en instance, de modifier sa gouvernance et de communiquer davantage pour que les citoyens puissent adhérer aux politiques publiques, a relevé le politologue et universitaire Mustapha Sehimi.  
«Le gouvernement doit notamment communiquer davantage sur les dossiers de la relance de la croissance économique, de la création de l'emploi et du rétablissement de la confiance en faveur des opérateurs économiques nationaux et étrangers», a ajouté Mustapha Sehimi dans une déclaration à la MAP en réaction à l'annonce de la nouvelle mouture du gouvernement après sa restructuration.  
«Ce gouvernement est lié par une obligation de résultats, il ne peut pas échouer car il y a un certain nombre de grands chantiers qui doivent être relancés, d'autres qui doivent être ouverts, sans omettre les priorités à redéfinir dans les politiques publiques», a-t-il souligné.  
Par ailleurs, ce gouvernement, qui a été remanié à la demande de S.M le Roi, doit rapidement démontrer sa «capacité réformatrice» et émettre des signaux forts de mobilisation et d'accélération du rythme du travail pour que son bilan politique puisse répondre aux attentes des citoyens, a estimé Mustapha Sehimi.
Il a fallu 70 jours pour aboutir à un gouvernement réduit de plus d'un tiers, avec notamment la suppression de 12 secrétariats d'Etat, a fait observer le politologue.  
Cette réduction permet une identification optimale des responsabilités entre les différents ministres, avec la mise en place de pôles au lieu des secteurs qui étaient éclatés entre différents départements, a-t-il poursuivi, notant qu'il existe désormais un pôle économique et financier, un pôle éducation, un pôle social et un pôle gouvernance des politiques publiques.  
«Il y a davantage de responsabilisation de chaque ministre, quelle que soit son appartenance politique, pour réussir dans son secteur», a noté l'universitaire.

Vendredi 11 Octobre 2019

Lu 2814 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com