Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Riad Al Omor et Statia ouvrent le bal du Festival Jawhara

Une programmation riche et variée pour le public doukkali




La ville d'El Jadida a vibré, vendredi soir, aux rythmes d'une soirée époustouflante à tous les égards. Face à un public nombreux, les chanteurs Riad Al Omor et Statia ont brillamment interprété des chants puisés dans les riches patrimoines musicaux populaires libanais et marocain lors de la première soirée du 8ème Festival international Jawhara.
Dans une montée sur scène des plus tonitruantes, Riad Al Omor, qui prend part à ce festival pour la première fois, a enflammé la scène en interprétant ses tubes anciens et nouveaux à l’instar de "Gouliliya", "Wa'âra","Midaouibniya Ali" ou encore "Lach yaGalbi", une chanson qu’il avait écrite et composée, lui-même.
La soirée a atteint son apogée avec la célèbre chanson patriotique "Sahra Dialna" qui chante la gloire de la marocanité du Sahara.
Prenant le relais, Statia a tenu ses promesses en faisant danser les festivaliers avec des rythmes bien distingués et en gratifiant ses fans, en plus de titres issus de son propre  répertoire, de reprises de chansons d’autres grands noms de la musique populaire. Pour sa deuxième apparition à Jawhara, la jeune chanteuse de chaâbi, qui tire son pseudonyme de sa ville natale, en l’occurrence Settat, a gratifié l'assistance d'un concert exceptionnel qui restera gravé dans la mémoire de ses fans.
En parallèle avec ces spectacles, Youssef Zoubid et Said Senhaji ont enchanté le public de la ville d’Azemmour qui abrite également des concerts artistiques rentrant dans le cadre du festival. Quant aux habitants de la ville de Bir Jdid et ses visiteurs, ils avaient rendez-vous avec une soirée musicale animée par la troupe Seven Dor et la chanteuse de chaâbi Tsunami. 
Pour ce qui est de la deuxième soirée, le public d’El Jadida avait rendez-vous avec les concerts de Cheb Hendi et de la star de la chanson populaire Daoudi, qui se sont tenus en parallèle avec les spectacles de Farid Ghanem et Said  Ould Houat (scène d’Azemmour) et de Ihab Amir et Bouchaib Doukkali (scène de Bir Jdid).
Il est à noter que peu avant le premier concert de cette 8ème édition, un défilé folklorique grandiose, animé par des troupes représentant les différentes régions du Maroc, a levé le rideau du Festival. Sillonnant les principales artères de la ville d’El Jadida, la parade menée par des percussionnistes, musiciens, mascottes géantes, et composée d’acrobates et de chorégraphes, a livré des prestations artistiques remarquables qui ont été fortement applaudies par de nombreux spectateurs parmi les habitants et les visiteurs venus passer leurs vacances dans cette cité balnéaire qui connaît en cette période estivale une forte affluence touristique. 
Aux rythmes de leurs instruments de musique, les troupes folkloriques ont su transformer, avec brio, les différents coins traversés par la parade, en véritables espaces de joie et de liesse collective.
 

Mehdi Ouassat (El Jadida)
Lundi 13 Août 2018

Lu 398 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés