Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Remise des prix du concours international de films courts “Ana Maghribi.a ’’


Libé
Vendredi 17 Décembre 2021

La cérémonie de remise des prix de la 8ème édition du concours international de films courts ‘’Ana Maghribi-a’’ a eu lieu jeudi à l’Institut français de Casablanca.


Pour cette édition organisée par l’Institut français du Maroc en partenariat notamment avec Crédit du Maroc et JawJab, quatre prix ont été remis aux gagnants qui ont proposé des vidéos n’excédant pas 90 secondes sur le thème ‘’Femmes au futur : Imaginer l’égalité’’.

Le premier prix du jury a été décerné au film "Justitia", d’Asmae Adnani, tandis que le 2ème prix du jury a été attribué à ‘’2131 Miladya Moutasaoune» de Oualid Oualhi.


La liste des courts métrages primés comprend aussi "L’exception" de Othman Zitouni qui a reçu le 3ème prix du jury.
 Le Prix spécial de l’Institut français du Maroc est revenu au court métrage "Le prince et la princesse" de Kawtar Waddi. Cette distinction permettra à cette dernière de passer un stage de 10 jours en France sur "l’introduction à l’écriture de scénario’’.


Les courts métrages ont été départagés par un jury composé de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et présidé cette année par la réalisatrice et scénariste franco-marocaine Sofia Alaoui, connue pour le film ‘’Qu’importe si les bêtes meurent’’, César du meilleur court métrage de fiction 2021.


Le jury qui a dû sélectionner les films lauréats de cette année à partir d’une cinquantaine de candidatures et récompenser les auteurs de vidéos les plus créatives et originales, est composé de l’interprète Meryem Aboulouafa, de l’actrice Oumaima Ouaghou, du directeur général adjoint de JawJab Younès Lazrak et de la directrice de communication du Crédit du Maroc Mouna Benrhanem.


L’idée exprimée dans le film a été le premier critère de sélection, la réalisation et la qualité technique ont été prises en compte dans un second temps. S’exprimant à cette occasion, la directrice générale de l’Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolacko, a souligné que ce concours offre l’occasion de proposer aux jeunes talents un espace d’expression et de créativité et de leur permettre aussi de s’interroger sur des thématiques qui les concernent comme l’identité, le statut des femmes, le changement climatique, l’engagement mais aussi sur le thème de cette édition, l’égalité entre les femmes et les hommes.

‘’Etant donné qu’il s’agit d’une question cruciale pour l’avenir et l’équilibre de nos sociétés, nous avons proposé aux participants de se projeter dans l’avenir comme l’indique le thème du concours’’, a-t-elle souligné, notant qu’’’imaginer l’égalité, c’est mettre en lumière qu’il est temps de changer et ce qu’il convient de changer pour que les femmes et les filles du monde entier ne soient plus laissées pour compte’’. Elle a de même relevé qu’après tout, évoquer les inégalités par le récit, qu’il soit utopique ou dystopique, c’est parler de notre présent, s’interroger sur la manière de créer des sociétés plus respectueuses de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour sa part, la présidente du jury, Sofia Alaoui, a souligné dans une déclaration à la MAP et sa chaîne d'information M24, l’importance de la thématique de cette édition, un sujet d’actualité, mettant l’accent sur la qualité des films en lice et leur diversité dans la manière de traiter le sujet. Elle a de même indiqué que les jeunes ont fait montre de créativité dans la réalisation de leurs courts films, ajoutant que les films récompensés ont été primés pour leur audace, leur niveau esthétique élevé et surtout l’engagement relevé en s’accaparant d’une thématique d’anticipation. 


Lu 1762 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >