Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Record de 9,2 milliards d'euros de collectes mondiales des droits d'auteur en 2016




Record de 9,2 milliards d'euros de collectes mondiales des droits d'auteur en 2016
Les collectes mondiales de droits d'auteur ont atteint un montant record de 9,2 milliards d'euros en 2016, selon le rapport annuel publié mercredi par la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (Cisac), qui pointe toutefois la faiblesse des rétributions de YouTube. La hausse des droits d'auteur atteint 6% par rapport à 2015, selon la Cisac, qui regroupe 239 sociétés d'auteurs dans 121 pays, soit 4 millions de créateurs pour la télévision, la radio, la musique de fond, la musique live, le numérique, la copie privée et autres. Le secteur musical concentre la part la plus importante, puisque les auteurs-compositeurs, compositeurs et éditeurs de musique ont vu les collectes augmenter de 6,8% et atteindre 8 milliards d'euros.
Malgré une hausse spectaculaire de 52%, les revenus numériques ne sont que la troisième source des droits musicaux, soit à peine moins d'un milliard d'euros (945 millions), loin derrière les "TV & radios" (3,4 milliards) qui accusent pourtant un recul de 2% par rapport à l'année précédente, et la catégorie "Direct (Live) & ambiance" (2,5 mds), en hausse de 2,6%.
Tous types d'utilisation confondus, le numérique apparaît là aussi comme le moteur de la croissance mondiale, ses droits ayant augmenté de +51,4%. Pourtant cela ne représente que 10,4% des collectes, soient 948 millions d'euros, "le développement de ce secteur étant notamment freiné par les faibles montants versés par les plateformes vidéo collaboratives en streaming", cible le rapport. "Malgré leur croissance, ces chiffres restent bien loin du niveau qu'ils devraient atteindre. Les secteurs majeurs qui exploitent les contenus créatifs dévalorisent notre travail", estime Jean-Michel Jarre, le président de la Cisac, cité dans un communiqué. Selon le pionnier français de la musique électronique, "le «transfert de la valeur» illustre parfaitement ce phénomène sur le marché digital, où des plateformes telles que YouTube ne reversent que des miettes aux auteurs".

Jeudi 16 Novembre 2017

Lu 832 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif