Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rapport du CSEFRS sur la violence en milieu scolaire


Libé
Samedi 22 Juillet 2023

Rapport du CSEFRS sur la violence en milieu scolaire
Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) a rendu public son dernier rapport thématique, réalisé en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) sur "La violence en milieu scolaire".

 Cette étude vise à apporter un diagnostic détaillé sur les violences faites en milieu scolaire, en mesurant la prévalence et en identifiant les différentes formes et manifestations de violence, ainsi que les acteurs impliqués, qu’ils soient auteurs de violences ou victimes parmi les élèves et le personnel éducatif.

 Ce rapport, qui met en évidence l’importance d’un environnement scolaire sûr et sans violence pour garantir une éducation de qualité, repose sur les résultats d’une enquête quantitative réalisée à la fin du premier trimestre de l’année scolaire 2021-2022, auprès de 260 établissements représentatifs à l’échelle nationale, avec la participation de 13.884 élèves représentant les trois cycles de l’enseignement (primaire, secondaire collégial et qualifiant), ainsi qu’une enquête qualitative menée dans 27 établissements.

 L’enquête sur la victimisation des élèves en milieu scolaire a mis en évidence plusieurs types de violences, dont les violences verbales et les moqueries qui touchent un tiers des élèves en primaire et 55,9% des élèves du secondaire, ainsi que les violences physiques et les bousculades qui sont également répandues en milieu scolaire, lit-on dans le rapport.
 Les élèves de tout niveau font face à d’autres violences telles que le harcèlement sexuel, les cyberviolences et les violences d’appropriations (vol simple ou avec extorsion et détérioration d’objets personnels), note la même source.

 Dans les établissements scolaires, les violences verbales et physiques sont perpétrées par différents auteurs, selon les niveaux scolaires, indique l’étude, ajoutant qu’au niveau du primaire, les garçons sont les principaux auteurs de ces violences, mais les enseignants peuvent également en être responsables, tandis qu’au secondaire, les principaux auteurs de violences verbales et symboliques sont les élèves, suivis des enseignants, des intrus, des groupes de jeunes extérieurs à l'établissement, du personnel et, dans une moindre mesure, des parents.

 Concernant les punitions, la pratique de la violence physique en milieu scolaire est toujours présente malgré son interdiction formelle, les punitions verbales et symboliques telles que les brimades et les insultes sont les plus courantes au niveau primaire, suivies des punitions dites éducatives, comme la copie de lignes et la diminution des notes, précise l’enquête.

 Au niveau du secondaire, poursuit le rapport, les avertissements et les messages envoyés aux parents sont les punitions les plus couramment utilisées, aux côtés d'autres sanctions éducatives, telles que les devoirs supplémentaires, ajoute le rapport, soulignant que les châtiments corporels sont encore présents dans certains établissements, touchant plus souvent les garçons que les filles.

 S’agissant du climat scolaire, le rapport indique qu’il est généralement perçu d’une manière positive en primaire, mais se dégrade au fil du temps, atteignant un niveau très bas au niveau du secondaire qualifiant, notamment à cause de la peur et de l’insécurité, en particulier dans les toilettes (35,1%), les environs de l'établissement (47,5%) et sur le chemin les menant à l'école (45%).

 L’étude présente également des pistes de réflexion et des recommandations pour prévenir les violences en milieu scolaire qui ont un effet négatif sur le climat scolaire. Parmi ces pistes, il y a lieu de citer des politiques claires de lutte contre les violences en milieu scolaire, une collecte plus probante des données relatives à la violence, pour orienter plus efficacement ces politiques, et la lutte contre le châtiment corporel et la cyberviolence.

 L’étude préconise également une meilleure protection des enfants à travers des mécanismes de prévention et de réduction des cas de violence et de harcèlement sexuel, mais aussi par la mise en place de formations adéquates pour le personnel éducatif.


Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p